le cartel des traders Index du Forum

Accueil Accueil Accueil S'enregistrer

:: léonard sartoni ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Analyses Fondamentales & Techniques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 19 Jan - 14:08 (2014)    Sujet du message: léonard sartoni Répondre en citant

Le SARTONI 2013 est arrivé ! ... ce matin ... je vous le livre aussitôt !

L'avis de cet expert, grand spécialiste du long terme, est toujours un moment de recentrage, particulièrement utile en cette période tendue sur les métaux précieux ! 
Un grand merci à Léonard SARTONI de livrer au Forum Gold ses premières impressions pour l'année 2013 .
--------

Je n'aime pas du tout ce qui se passe sur le marché de l'or depuis quelques temps. Je me suis trompé sur mes dernières prévisions et je dois vous faire part de mes inquiétudes, car je ne suis pas un "perma bull" et lorsque je vois des fissures, je peux réduire un peu ma voilure et attendre des temps meilleurs pour me faire pousser par le vent. Les fissures, comme vous pouvez le voir, apparaissent toutes à proximité de la MM325j. depuis que j'observe ce marché, je n'ai jamais vu autant d'attaques répétées pour faire couler le prix à des points stratégiques d'un point de vue technique. 

A force d'être attaqué à proximité de sa MM325j, support de l'entier du marché haussier, cette dernière montre des signes de faiblesse en se retournant pour la première fois depuis le début du marché haussier. C'est la conséquence de l'échec de la reprise du marché haussier, après une correction qui dure depuis 15 mois. Je m'attendais à ce que le prix rebondisse sur cette MM vers la fin de 2012, mais nous n'observons que des attaques répétées et souvent sans nouvelles fondamentales, ceci depuis que Goldman Sachs a annoncé la fin du marché haussier sur l'or le 5 décembre. Coïncidence? L'or est attaqué alors que la dette fédérale demande des comptes aux dirigeants et que le monde politique se chamaille pour savoir ce qu'il faut faire! 

Hier la Fed fait une annonce pour le moins étrange dans le contexte actuel : la fin possible des QE en 2013. Les marchés ont baillé, comme depuis la crise du mur fiscal, tandis que l'or était à nouveau violemment attaqué en repassant sous sa MM325j. Opération 100% réussie pour la Fed. L'activité des bears était déjà visible un jour avant l'annonce, sur le marché des gold stocks qui étaient lourdement vendues en fin de séance, tandis que le prix de l'or était en forte hausse. Goldman Sachs était sans doute déjà au courant de l'annonce... Nouvelle crise déflationniste en vue? Dans ce cas, pourquoi le marché des actions résiste-t-il aussi bien? Manoeuvres désespérées de la Fed sur le marché de l'or afin de maintenir la confiance dans le dollar? 

Les marchés baillent, car les investisseurs anticipent en ce moment une bouffée d'air pour l'économie américaine en 2013, avec nette amélioration sur le marché de l'emploi. Et la Fed avait annoncé qu'elle soutiendrait l'économie (si on peut parler comme ça) du moment que les chiffres sur l'emploi ne seraient pas satisfaisants. On peut donc supposer qu'aujourd'hui les chiffres montreront une petite amélioration, et les spéculateurs risquent de s'engouffrer dans le scénario d'une embellie, et de vendre encore plus d'or papier, causant des dégâts techniques longs à réparer. A moins que la séance d'aujourd'hui montre un clair renversement, je serais tenté de prévoir pour le début de 2013 : un répit pour l'économie, la continuation de la pause sur l'or. Evidemment que ce répit pourrait être de très courte durée. Marc Faber n'y croit pas du tout : pour lui, il faut vendre les actions sur ces bonnes nouvelles et accumuler l'or. En parlant de lui, il avait encore raison les mois passés lorsqu'il disait que la correction sur l'or n'était pas encore terminée. Rendons hommage au maître!

Gold will reach $2,000 this year, according to a Bloomberg survey of 49 traders and analysts last month, as investors hedge against inflation and weaker currencies. The Fed said Dec. 12 it would buy $45 billion of Treasury securities a month from January. The yen fell to the lowest since 2010 against the dollar today after the Fed’s minutes and amid speculation the Bank of Japan (8301) will heed government calls to boost money printing.

Investors bought 60 percent more through gold ETPs last year compared with 2011 and now hold 11.7 metric tons below the record 2,632.5 tons set Dec. 20. The holdings are equal to almost a year of mine production, data compiled by Bloomberg and Barclays Plc show. Nations from Brazil to Iraq to Russia are also buying metal to add to official reserves, according to data compiled by the IMF.

While Credit Suisse forecasts a 2013 average of $1,740, it expects improved economic growth later this year to curb gold’s appeal and sees prices averaging $1,720 in 2014. Goldman’s analysts said Dec. 5 that prices will peak this year because of improving U.S. growth, even as the Fed expands stimulus.

Un sondage parmi 49 traders et analystes le mois dernier prévoyait un prix de l'or à $2000 pour 2013. 

D'un autre côté Crédit Suisse rejoint le rang de Goldman Sachs pour annoncer la fin du marché haussier sur l'or, ce qui équilibre quelque peu les prévisions trop unanimes des traders et analystes du mois de décembre. D'autre part, après les signes de faiblesse sur l'or depuis le mois dernier, il y a fort à parier que le consensus des analystes du mois dernier a pris du plomb dans l'aile. La preuve : je me montre plus prudent dans mes prévisions en ce moment même. Nous sommes tous pareils : lorsque les signaux de l'analyse technique sont mauvais, nous nous montrons plus prudents, quelque soient les fondamentaux. Si le contrôle du prix de l'or sous la MM325j est une réalité, c'est parce que SOUS la MM325j vous convertissez une légion de traders, d'investisseurs et d'analystes en bears, et que de la même façon qu'on allume un feu avec une simple allumette, la baisse peut ensuite s'alimenter d'elle-même, du moins pendant un certain temps. Le temps qu'il se mette à nouveau à pleuvoir.

La bonne nouvelle, c'est que les achats de physique sont toujours au beau fixe et que les encours des ETFs sur l'or atteignent des sommets!! Ceux qui achètent une assurance financière ne se soucient visiblement pas de ce qui se passe sur le marché de l'or papier. Une hausse des taxes à l'importation pourrait toutefois freiner un peu les achats d'or en Inde en 2013. Reste toujours la Chine, et le client est vorace!

Je reste persuadé que le marché haussier de l'or est loin d'avoir atteint son sommet. Mais la phase 3 (mania) pourrait être précédée d'un piège à bulls, une sorte de trappe, histoire de secouer le marché et de faire lâcher les lingots des mains de quelques investisseurs perdus en direction des coffres des institutionnels. Impossible pour moi de prévoir la durée de cette pause. La re-valorisation de l'or dans les coffres des banques centrales est un phénomène qui vient tout juste de se mettre en marche. La dette reste ingérable avec l'or à $1650. Il faudra dévaluer massivement les monnaies-papier contre l'or! 

Actuellement, nous traversons une période de vacances pour beaucoup d'institutions. Les attaques de bears se sont produites (coïncidence encore?) alors que beaucoup d'acteurs étaient absents ou étaient en train de boucler leurs comptes. La semaine prochaine sera davantage déterminante. 

En conclusion je suis partagé entre le scénario de Jim Sinclair, qui voit dans toutes ces attaques sur l'or des opérations de grande ampleur dirigées par la Fed désespérée et une banque complice pour prendre le contrôle du baromètre et maintenir la confiance sur les marchés pendant des discussions cruciales sur la dette US. Et entre le scénario qui est adopté par les marchés en ce moment : hausse de la production de pétrole aux USA (prévisions de rattraper l'Arabie Saoudite!), amélioration du secteur immobilier, embellie économique, amélioration des chiffres sur l'emploi (à confirmer aujourd'hui). Si ce dernier scénario devait être le bon, nul doute cependant que les problèmes de fond demeurent et que ces améliorations ne doivent être vues que comme le résultat de shoots massifs aux QE! Sans les doses de drogue de la Fed, l'économie replonge. Quelle hypocrisie totale de dire qu'elle envisage de stopper les QE en 2013!! C'est la méthode Coué appliqué par la Fed, car la confiance est reine. Ne soyons pas dupe, même si le prix de l'or fait une pause plus longue que prévue en 2013! 

Je vous laisse lire Jim Sinclair pour le mot de la fin. Je ne peux qu'être d'accord avec lui!

The Federal Reserve Has No Practical Option To End QE
January 3, 2013, at 6:07 pm 
by Jim Sinclair in the category General Editorial | Print This Post Print This Post | Email This Post Email This Post

Dear CIGAs,

Such an announcement has been part of QE either from MSM or some Fed board member since it began. The implication of stopping QE is so dire to the economy that it is in a practical sense impossible. When gold was being sold by central banks during the 1970s market announcements were made constantly with the bias to depress metals.

There is no way that the implications and consequences of what has been done up to now can be talked or manipulated away. There is no practical way that QE can cease here or in Euroland without a total and final collapse of the financial system. Just go back to the IMF report on OTC derivatives I posted this morning. If QE ceases, the US bond market collapses and the Fed must debt monetize all required debt, which means if QE stops, it starts up again immediately and in a crisis mode.

I have to admit that if you have been a reader here for any length of time you should know this without asking me. The pressure that people unload on me during any gold reaction is downright mean.

The statement that QE can stop is simply MOPE. QE cannot stop or the world ends as you know it.

Please print this out and post it on your computer because every time the long cycle guy repeats his year old bear gold price prediction or the Fed says anything about stopping QE, you all go wild. It is embarrassing really.

If you do not understand what you are in, why are you in it?

Truman said it all when he said if you can’t stand the heat, get out of the kitchen.

The Federal Reserve has no practical option to end QE without ending the economic world for decades to come. Should that actually occur in some parallel universe, only gold will protect those citizens from the collapse of the by-default reserve currency. I am sure i have written this at least 200 times.

Léonard SARTONI


Pièces jointes:

gold 03.01.13.png [ 28.43 Kio | Consulté 14865 fois ] 

_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité





MessagePosté le: Dim 19 Jan - 14:08 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 19 Jan - 14:09 (2014)    Sujet du message: léonard sartoni Répondre en citant

Le nouveau "SARTONI 2014" est arrivé !

Et voici donc sa première intervention de l'année ... 

Tandis que l'or arrive au seuil important des $1250 et l'argent au seuil important des $20, les vendeurs de papier s'activent pour les empêcher de dépasser certaines limites ($1270 pour l'or), au-delà desquelles ils seraient obligés de couvrir leurs positions short en les rachetant, alimentant ainsi une détente du prix contre le haut, et attirant à elle les suiveurs de tendance et tous ceux qui attendent sur la touche pour revenir (tous ceux qui attendent que l'or touche les $1100-$1000). Un puissant rally pourrait s'enclencher.

Pièce jointe:

01.jpg [ 226.04 Kio | Consulté 1457 fois ] 


Techniquement on ne peut pas encore parler d'une remise en cause de la tendance baissière intermédiaire, mais nous nous en approchons! D'ailleurs, on peut observer les mêmes divergences haussières sur les indicateurs qui avaient cours en juin. Alors que je pensais que les mines anticipaient une cassure des $1180 avec la rupture de leur plancher de juin, plusieurs indicateurs m'ont fait changer d'avis ces dernières semaines. Tout d'abord le signal envoyé par les commerciaux en décembre, ensuite les divergences haussières sur l'or et les mines, la bonne tenue du creux de juin pour l'or et l'argent, la tournure parabolique de la hausse sur les actions US avec l'aiguille du greedometer qui fait le tour du cadran (valeur historique jamais atteinte!!), les valorisations extraordinairement basses pour les mines, le marché de l'or physique qui répond toujours à ces prix plancher (coûts de production) par une forte demande en Asie, ainsi que des stocks de lingots en forte baisse pour le COMEX et le LBMA.


Pièce jointe:

02.png [ 44.84 Kio | Consulté 1401 fois ] 



Pièce jointe:

03.png [ 32.86 Kio | Consulté 1373 fois ] 



Pièce jointe:

04.png [ 31.03 Kio | Consulté 1383 fois ] 



Pièce jointe:

05.png [ 30 Kio | Consulté 1384 fois ] 



On assiste aux mêmes divergences haussières sur les mines d'or. La séance de hier pour le GDXJ (fonds de mines juniors) a même enregistré un volume d'achat historique! Il est encore trop tôt pour le dire techniquement, mais en prenant en compte les fondamentaux exceptionnels du marché, en particulier les valorisations ridicules des mines, on devrait assister à un puissant rebond sur ce secteur haï (existe-t-il un terme plus fort?). Ensuite, dès que le marché action US établira son sommet majeur de marché haussier intermédiaire (si ce n'est pas déjà fait), nous devrions nous remettre en selle pour la chevauchée finale de ce marché haussier sur l'or... et je suis prêt à parier que son sommet final ne ressemblera pas du tout au sommet final de 1980 (blow off) mais plutôt à un palier très élevé par rapport à toutes les autres monnaies.

Un graphique intéressant sur les rendements du marché action US depuis 1928 (en rouge)

Pièce jointe:

06.jpg [ 84 Kio | Consulté 1393 fois ] 


En bleu, le même rendement, mais calculé seulement durant les secondes années des mandats présidentiels de 4 ans. Et nous sommes justement en seconde année de mandat présidentiel. Voici encore les valorisations (P/E) des actions US depuis 1870:

Pièce jointe:

07.png [ 39.25 Kio | Consulté 1390 fois ] 


Nous sommes arrivé dans la partie haute où, historiquement, ceux qui achètent finissent sur des pertes ou avec un profit minuscule 10 années plus tard! Ce présent cycle "hivernal" de K ne devrait se terminer qu'avec des valorisations pour les actions comprises entre 10 et 5. Donc la route est encore longue, comme on peut s'en apercevoir sur ce graphique, et il n'est pas question de "nouveau marché haussier séculaire" pour les actions, contrairement à tout ce qu'on peut lire dans la presse. Le présent marché haussier sur les actions est davantage dû aux interventions historiques (et désespérées) de la FED sur les marchés qu'aux fondamentaux.

Les journaux parlent de hausse du PIB aux USA pour justifier la hausse des actions. Voici le PIB officiel des US :

Pièce jointe:

08.png [ 20 Kio | Consulté 1384 fois ] 


En hausse de $4000 milliards depuis 2009. L'économie repart! OK, mais qu'a-t-il fallu injecter dans le moteur?

Pièce jointe:

09.png [ 16 Kio | Consulté 1367 fois ] 


$4000 milliards de dette publique supplémentaire!! Ca c'est pour la contribution de l'Etat. Et la FED?

Pièce jointe:

10.jpg [ 40 Kio | Consulté 1385 fois ] 


$2000 milliards d'achats de titres depuis 2009 avec QE1, QE2 et QE3!!

La croissance économique des US est en réalité négative et entièrement dépendante de l'accroissement de la dette fédérale et des achats mensuels de la FED. Empêchez l'Etat d'emprunter davantage ou arrêtez immédiatement le QE3 de la FEd et on verra ce qu'il arrive à cette croissance anémique! Tôt ou tard, la confiance dans ce système, qui nécessite de plus en plus de dette pour de moins en moins de croissance, s'effondrera.


Pièce jointe:

11.png [ 252 Kio | Consulté 1399 fois ] 


La croissance du PIB aux US en rouge et la performance des actions US en vert.

La FED monétise la dette de l'Etat US avec ses achats de bons du Trésor, et de même que l'Etat US n'a aucune intention de rembourser ses dettes astronomiques, la FED n'a aucun moyen de retrouver le bilan qu'elle avait avant la crise de 2008... sous peine de voir la valeur du dollar s'effondrer et de voir les taux longs prendre l'ascenseur. L'inflation ferait alors un retour en force avec la hausse simultanée du prix de toutes les matières premières en terme de dollars. La FED perdrait le contrôle de la situation, et devrait lancer un QE4 encore plus agressif que le QE3 pour freiner la chute du dollar et la hausse des taux longs (qui menaceraient de faillite l'Etat surendetté). Mais avec l'esquisse de sortir du QE3, c'est peut-être ce à quoi il faut s'attendre pour 2014? La FED pourra toujours renverser la vapeur après coup. Le jeu devient de plus en plus risqué, et elle pourrait perdre définitivement le contrôle des marchés, mais ses interventions musclées et ses planches à billets magiques ont formé un véritable fan's club à Wall Street... du moins jusqu'au prochain krach boursier!

Le jeu de la dévaluation monétaire à petit feu se terminera probablement sur un accident de parcours ou une perte totale de confiance dans le dollar. Plus le conducteur roule vite, et plus la moindre faute devient fatale!


Pièce jointe:

12.png [ 16.8 Kio | Consulté 1370 fois ] 


La vitesse de circulation de la monnaie. C'est l'autre facteur possible pour causer une hausse importante de l'inflation dans les années à venir. En perte de vitesse depuis l'entrée dans l'hiver de K. Mais la propension des gens à s'assoir sur leurs avoirs en banque et leurs actifs financiers peut changer subitement pour des raisons psychologiques, créant un pic dans la vitesse de circulation de la monnaie. La confiance dans le système est encore très élevée, surtout en Occident. Mais un changement peut se produire très rapidement, sur quelques semaines. Les changements dans la vitesse de circulation de la monnaie prennent toujours les économistes des banques centrales par surprise. Ils attendent généralement trop longtemps pour éponger la monnaie excessive qu'ils ont créée. En été 1922, la vitesse de circulation de la monnaie a connu un pic soudain, qui a surpris les dirigeants de la Reichsbank. Ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi le peuple allemand se comportait différemment, deux ans après qu'ils aient déjà gonflé la masse monétaire. Il faut croire que la confiance du public a soudainement sombré avec l'idée que la situation devenait ingérable.

Nous sommes loin de la situation allemande de 1922 (qui avait conduit à l'hyperinflation), mais la situation en Europe, au Japon et aux USA pourrait vite s'avérer ingérable ... surtout si les taux longs continuent de grimper! De là, à causer un pic dans la vitesse de circulation de la monnaie, et précipiter le système dans le chaos, il n'y a qu'un pas. Les banquiers centraux marchent sur des oeufs!

Pièce jointe:

13.jpg [ 84 Kio | Consulté 1364 fois ] 


Sur ce graphique, on peut voir l'anomalie de 2013 sur le cours de l'or. Tandis que la FED poursuit son QE3 et que les actions reflètent à leur manière l'augmentation de la masse monétaire (et la baisse du pouvoir d'achat de la monnaie), l'or a été pris temporairement sous contrôle et a subi des raids baissiers ponctuels et répétés tout au long de 2013, déclenchant des achats massifs d'or physique en Asie et au Moyen Orient et des ventes massives dans les ETFs sur l'or de la part d'investisseurs occidentaux. Comme par hasard cette année-là, le gouvernement indien, ami des USA, a imposé de nombreuses restrictions (de plus en plus impopulaires) sur le marché de l'or pour freiner la demande du plus gros consommateur d'or de la planète (place qui est revenue aux Chinois cette année). Comme par hasard cette année-là, la FED devait commencer à restituer de l'or physique aux Allemands et ne semblait plus pouvoir les retrouver parmi ses 8000t d'or officiels... Comme par hasard cette année-là, la France change sa fiscalité sur l'or, la Suisse interdit aux non résidents d'acheter de l'or, et un peu partout dans le monde d'autres griffes se sont resserrées sur le marché de l'or physique! On prépare ça et là la fermeture des issues de secours en cas d'effondrement du système et en cas de panique des populations hors des monnaies papiers. Parallèlement, on prépare les futurs renflouages des banques par les épargnants lors de la prochaine et inéluctable crise financière (qui risque aussi d'être monétaire cette fois).

Clairement, les planches à billets de la FED ont travaillé pour le bien être de Wall Street et ont conduit petit à petit à la formation d'une nouvelle bulle sur les marchés actions. 

Systématiquement, depuis que nous sommes entrés en hiver de K, les interventions de la FED pour s'opposer aux crises "correctives" de l'hiver ont conduit à la formation de bulles jusqu'à leur éclatement : actions en 2000, immobilier US en 2007, et de nouveau actions sous Bernanke en 2013-2014, avec l'indicateur avancé d'entrée en phase d'exubérance irrationnelle : la crypto-monnaie bitcoin. La FED, à travers l'inflation, contribue également à la mauvaise redistribution des richesses comme on peut le voir avec la perte du pouvoir d'achat des classes moyennes et inférieures au fil du temps, et avec ce graphique de la distribution de la richesse aux US, où 80% de la population détient 7% de la fortune totale et où 1% de la population détient 43% de la fortune totale.

Pièce jointe:

14.png [ 69.03 Kio | Consulté 1391 fois ] 


On parle d'un taux de chômage officiel en baisse aux US, mais en réalité beaucoup de personnes actives ne sont plus prises en compte dans les chiffres du chômage :

Pièce jointe:

15.png [ 19.34 Kio | Consulté 1341 fois ] 


On doit sans doute en retrouver une partie à l'assistance alimentaire :

Pièce jointe:

16.jpg [ 70.9 Kio | Consulté 1335 fois ] 


La seule reprise réelle aux USA est la reprise des bonus pour les banquiers!

Pour terminer j'aimerais revenir aux mines d'or. On peut voir dans le graphique ci-dessous que jamais les mines n'ont corrigé plus de 3 années consécutives :


Pièce jointe:

17.gif [ 16 Kio | Consulté 1376 fois ] 


Et qu'en terme de durée et de pourcentage total de baisse, cette phase corrective arrive en bout de course, si on la compare aux pires phases correctives que le secteur a subi depuis 1939 :

Pièce jointe:

18.png [ 100 Kio | Consulté 1366 fois ] 


Je l'ai déjà dit en 2013, lorsque les mines étaient à un niveau plus élevé qu'aujourd'hui, mais je le répète aujourd'hui (même si un dernier mouvement de baisse pourrait nous porter 15%-20% plus bas avec les mines) : je pense que les mines d'or ont été victimes de ventes à découvert massives en parallèle avec les ventes d'or papier, qu'elles n'ont jamais été si bon marché en terme de valorisations depuis le début de ce marché haussier, et que d'ici quelques années elles auront déjà établi de nouveaux sommets et performé deux à trois fois mieux que l'or (ce qui n'est pas difficile vu le niveau du ratio HUI/GOLD)! Dans l'ensemble de ce marché haussier, les mines auront fait moins bien que l'or, car sur cette période elles ont plus que doublé leur nombre d'actions en circulation, les teneurs en or des réserves ont diminué, et l'exploration a produit peu de nouvelles découvertes. Mais sur la période qui s'ouvre à nous, le ratio va très probablement remonter, car les valorisations, comme par exemple capitalisation boursière/nombre d'onces en réserve, sont à des niveaux beaucoup trop bas!

L'investissement contrarien n'a pas payé en 2013, car ceux qui étaient chargé de contrôler le prix de l'or ont faussé les signaux du marché, et ce secteur est resté beaucoup plus longtemps en phase d'exécration, que ce à quoi on pouvait s'attendre. Les banquiers et tous ceux qui détestent l'or (en temps que baromètre de crise) se sont délectés de l'effondrement des cours en 2013 et il en est sorti des "je vous l'avais bien dit", "ne touchez pas à l'or", "l'or est une relique barbare pour fanatiques", etc. Les mêmes discours qu'on pouvait entendre vers la fin des années 2000. En réalité, le sentiment a subi un "reset" complet! Il existe à présent un mur de doutes énorme devant les investisseurs qui voudraient se lancer dans l'achat d'or ou de mines d'or. Pour un investisseur contrarien (doté d'un courage herculéen), cela reste une bonne nouvelle, malgré les lourdes pertes de 2013.

Pas loin de 1000t d'or physique sont sortis des poches des investisseurs occidentaux pour aller dans les poches des Asiatiques. C'est le flux de l'or dont je parlais dans mon livre, de l'Occident en déclin vers l'Asie qui monte en puissance. Et on peut se demander comment les investisseurs occidentaux feront pour récupérer l'or qu'ils ont vendu en 2013. On peut parier qu'à moins de $2000, les Asiatiques ne seront pas intéressés pour le revendre, même en partie. Surtout si les choses se gâtent au cours de 2014. Les banquiers se demandent combien d'or physique vont encore sortir des ETFs en 2014, et moi je me demande comment ces ETFs feront pour le récupérer dans un marché de plus en plus tendu! Le résultat sera probablement une détente fulgurante du prix à un moment donné. Ceux qui sont restés sur leurs positions en or physique savent qu'il se vend au niveau de ses coûts de production, que la prime de risque est actuellement nulle tandis que le marché actions nage en plein délire, et qu'à moins d'y être forcés pour des besoins de liquidité, il ne fait absolument aucun sens de le vendre à ces prix-là!

Il faut aussi relativiser ces 1000t d'or qui sont sorties des ETFs. Au début des années 2000, on avait pas loin de 500t d'or qui étaient vendues chaque année par les banques centrales... et le prix grimpait. En définitive, ce qui détermine le prix du physique, c'est la propension des gens à puiser dans la réserve mondiale des 170'000t d'or pour le vendre. C'est avant tout le degré de confiance envers la monnaie papier et les Etats qui les émettent. L'Occident ne comprend pas vraiment la fonction de réserve de valeur de l'or, mais la Chine, la Russie, l'Inde, le Moyen Orient et l'Asie dans son ensemble sont beaucoup plus méfiants de nature envers la monnaie papier, et ces prochaines années vont leur donner raison.


Pièce jointe:

19.jpg [ 97.2 Kio | Consulté 1383 fois ] 


Un dernier coup d'oeil au greedometer, l'indicateur d'avidité sur les marchés,et indicateur avancé de sommets majeurs. Il bat tous les records! C'est encore pire qu'au sommet de la bulle des technologiques en 2000... Le vent est tellement puissant en ce moment que même les dindes volent! Le bitcoin, lui, est sorti de la stratosphère pour visiter le cyber espace et former la première bulle spatiale de l'histoire! 

On voit que lorsque l'indicateur touchait un sommet à 7200 (7,2 sur le compteur) en 2000, le marché action a corrigé ensuite de 47% (stoppé dans sa chute par les actions de la FED), et lorsqu'il touchait un nouveau sommet à 7300 en 2007, le marché action a corrigé de 57% (stoppé dans sa chute par les réactions de la FED). Mais lorsqu'il a touché un nouveau sommet à 7300 en 2010, la FED lançait son QE2 et est parvenue à soutenir les actions jusqu'en 2013 avec son QE3! Tandis que la FED fait mine de retirer son QE3 et que le greedometer touche un nouveau sommet historique proche de 8000, les concepteur de cet indicateur parlent de krach 2014-2015 qui fera référence dans les livres d'histoire!!

https://www.greedometer.com/interactive ... er/4614-2/

Il ne faut pas se leurrer. La FED peut imprimer autant de nouveaux dollars qu'elle veut, tandis qu'en 2014 il faut entre 9 et 12 ans pour passer de la découverte d'un nouveau gisement d'or à sa production! On imprime beaucoup moins facilement de l'or physique, et ce qu'on a vu en 2013 c'est avant tout une attaque d'imprimeurs de papier sur le COMEX pour faire main basse sur l'or physique. Une institution qui a le pouvoir d'imprimer l'équivalent annuel de 20'000t d'or en nouveaux dollars, a aussi le pouvoir de contrôler les marchés de l'or papier où l'or physique n'existe que pour une infime partie des contrats en circulation. Certains ETFs ne sont pas correctement couverts (ou pensent l'être alors que les lingots sur lesquels ils comptent ont été "prêtés" à d'autres banques), la plupart des comptes métaux ne sont couvert qu'à 10%, sans parler des produits dérivés. Lorsque la musique s'arrêtera et que ceux qui pensent détenir un droit sur de l'or physique avec leur papier voudront toucher le physique, ce sera aussi pour les livres d'histoire!

A suivre...

Léonard SARTONI ... le 15.01.2014
_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 16 Fév - 11:06 (2014)    Sujet du message: léonard sartoni Répondre en citant

Tour d’horizon du marché de l’or (Partie 1): Est-ce que l’or était dans une bulle ?


Par Léonard Sartoni 
  
 
  
On peut voir sur ce graphique que jusqu’en 2011, chaque emballement du cours de l’or a été régulièrement corrigé, ce qui est la marque d’un marché haussier sain. D’autre part, d’un point de vue fondamental, d’allocation en portefeuille et psychologique, l’or était très loin de répondre aux critères d’une bulle. Graphiquement, beaucoup de bulles se trahissent sur une échelle logarithmique, qui met en évidence l’accroissement de rendement de plus en plus grand, à mesure qu’on se rapproche du sommet. Voici en comparaison la bulle sur les actions technologiques US à la fin des années 90, et l’emballement du prix du pétrole en 2008, suite à la reprise en chœur du peak oil par les médias : 
  
 
  
Le marché haussier du pétrole n’est de loin pas terminé, pour des raisons fondamentales, mais l’emballement « parabolique » de son prix en 2008 a eu pour conséquence une pause de bientôt 6 ans dans sa course en avant. Le temps que les médias parlent d’autre chose… Plus l’actif en question est médiatisé et devenu incontournable, plus il faut de temps pour équilibrer le sentiment et reconstruire un mur de doutes sans lequel aucun marché haussier ne peut s’accrocher et grimper ! 
Pour ce qui est de l’or, il est indéniable que son mur de doutes est devenu forteresse en ce début 2014, et il va avoir de la matière sur laquelle s’accrocher ! Par exemple, ces prévisions pessimistes des banques pour le prix de l’or à la fin de cette année, qui en disent long sur le sentiment exécrable qui imprègne le marché de l’or. Tout ce dont un marché haussier de long terme raffole !  
  
 
  
  
Est-ce que l’or est devenu trop cher à $1250?
Il est amusant de constater avec quel empressement les médias peuvent crier à la bulle sur un actif qui avait baissé de 87% entre 1980 et 2001, et qui a récupéré seulement la moitié de ce qu’il valait en 1980 (en valeurs corrigées de l’inflation). 
La réalité est qu’en 2000 l’or n’avait jamais été aussi sous-évalué depuis 1970. Selon mes calculs, liés aux masses monétaires et au stock d’or mondial, le prix de l’or en 1970 aurait dû valoir $274 au lieu de $35. Le potentiel de hausse théorique était de 680%. En 2000, l’or aurait dû valoir $1800 au lieu de $270 pour un potentiel de hausse théorique de 560%.  
  
 
Dans la présente hausse du prix, nous nous situons dans la même situation qu’au milieu des années 70, juste avant le mouvement de rattrapage final du prix. 
  
Ce graphique débute avec la création de la Réserve Fédérale en 1913. Avant la Fed, j’estime que le prix de l’or était fixé plus ou moins correctement puisque nous étions sous le régime de l’étalon-or. On peut voir sur le graphique suivant comment le prix de l’or s’est tout de suite écarté de son prix théorique, les premières années de la mise en branle des planches à billets de la Fed. Durant le cycle correctif de 1929, la déflation a obligé la Fed à dévaluer le dollar contre l’or pour réduire le poids de la dette, ce qui a amené le prix théorique à rejoindre le prix réel pendant quelques années. 
  
 
  
A la suite de quoi, le gonflement de la masse monétaire et la fixation artificielle du prix de l’or ont conduit l’écart à s’accroître toujours plus, jusqu’au début des années 70. En 1980, l’or était revenu à son prix théorique par anticipation d’un retour de l’or dans le système monétaire. Mais l’économie pouvait encore supporter un nouveau cycle d’investissement avec le « dollar papier » comme devise de réserve mondiale. 
Aujourd’hui, l’heure des comptes a sonné, le cycle hivernal est de retour et l’or s’est réveillé. Ce colosse métallique ne se réveille jamais pour rien, n’en déplaise à tous ceux qui aimeraient le voir retourner à son long sommeil automnal de 1980-2001. Aucune banque centrale, aussi puissante soit elle, et quelles que soient ses tentatives de défense, ne pourra empêcher sa monnaie fiduciaire de terminer sa vie d’excès et de débauches sur la balance de jugement de la seule réserve de valeur véritable au monde, l’or. 
A noter qu’un des plus grands spécialiste mondial du marché de l’or, Jim Sinclair, alias Monsieur Gold, prédisait déjà au début des années 2000 que l’or irait jusqu’à $1650, sur des méthodes de valorisation totalement différentes des miennes. Rappelons que Jim Sinclair avait parfaitement prédit la hausse du cours de l’or au début des années 70, ainsi que son sommet final en 1980 ! 
Qu’en est-il aujourd’hui ? En février 2014, mon prix de l’or théorique se monte à $3400 pour un potentiel de hausse de 170% depuis les $1250. Et Monsieur Gold a révisé son objectif de prix à $3500 en 2013, mais n’exclut pas de le voir grimper à $50'000 si une crise monétaire produisait un effondrement violent du dollar. 
A mon avis, tout dépendra des réactions de la Fed avec ses planches à billets : si la masse monétaire US continue de grimper, mon objectif de prix continuera d’augmenter ! Et comme nous sommes entrés dans une phase corrective avec des pressions déflationnistes depuis l’an 2000 environ, le boulot de la Fed sera d’imprimer massivement pour s’opposer aux forces destructrices de la déflation. Imprimer ou mourir écrasés sous le poids de la dette, c’est le seul choix possible ! 
Le présent cycle est différent de celui des années 70 en ceci que ce sera moins l’inflation visible qui fera grimper le cours de l’or que les risques de faillites et la perte de confiance généralisée envers tout le système financier et les monnaies fiduciaires. L’économiste Kondratieff aurait parlé d’un cycle correctif estival pour la période 1966-1982 et d’un cycle correctif hivernal depuis 2000, et dont la fin pourrait se situer entre 2015 et 2020. Les cycles correctifs hivernaux sont les pires saisons pour les investissements en actions, le dernier en date était celui de 1929-1949. 
  
 
  
Rappelons-nous simplement que durant chaque cycle correctif, qu’il soit hivernal ou estival, le prix de l’or avait fini par regagner son juste prix théorique. 

 
Tour d’horizon du marché de l’or (Partie 2): Les réserves d’or des banques centrales


Par Léonard Sartoni 
  
Wo ist mein Gold ? (Où est mon or ?)
En 2012 le Venezuela récupérait 160t d’or stocké au Canada, en Europe et aux USA. La même année, la Bundesbank demandait à contrôler l’or qu’elle avait déposé auprès de la Fed durant la guerre froide. Devant le refus de la Fed, officiellement pour des raisons de sécurité, la Bundesbank exigeait le rapatriement en Allemagne de 300t d’or, sur un total de 1536t stockés aux USA. Mais il faudra attendre jusqu’en 2020 pour les récupérer ! A la fin 2013, seules 5 tonnes d’or ont été restituées par la Fed. 
Si l’or n’avait pas été prêté à des banques pour le jouer sur les marchés financiers (ou pour manipuler le cours de l’or), ce ne serait l’affaire que de quelques jumbo jets sécurisés pour le récupérer en quelques mois. Mais une grande partie de cet or n’est plus à New York, et la Fed doit gagner du temps pour éviter que d’autres demandes ne s’entassent sur son bureau. Les banques centrales sont au courant de ces pratiques et certaines ont tout simplement peur de ne jamais pouvoir récupérer leur or. Mieux vaut donc le demander pendant que l’empire est encore debout ! 
En tout, la Bundesbank veut rapatrier 700t d’or de l’étranger. La Hollande et la Suisse pourraient se joindre au cortège des demandes de rapatriements. Le vent tourne et la Fed commence à transpirer… 
Pendant ce temps, Russie et Chine accumulent régulièrement les barres d’or dans les coffres de leur banque centrale. Il y a une année, un officiel chinois disait que les achats d’or de leur banque centrale devaient se faire en douceur pour ne pas produire une trop forte hausse du prix, qui nuirait aux consommateurs chinois (en a-t-il trop dit ?). Non seulement la banque centrale de Chine accumule de l’or (sans en dévoiler les chiffres), en prévision de l’après dollar, mais en plus elle encourage ses citoyens à le faire. Quel contraste avec l’Occident ! Pas étonnant que les Chinois se soient rués sur l’or physique en 2013, battant tous leurs précédents records d’achat et devançant les Indiens, dont les mains ont été stupidement liées par leur gouvernement. En suivant le flux de l’or, vous arrivez aux pays qui se préparent à dominer le monde de demain… 
  
 
En rouge le stock d’or officiel de la Fed. En jaune, le ratio de la dette fédérale contre la valeur du stock d’or. La dette explose et sa couverture par l’or de la Fed se réduit comme peau de chagrin. L’empire dominant vit au-dessus de ses moyens et son or quitte ses frontières pour l’Asie. 
  
Que reste-t-il des 8133t d’or américains dans les coffres de Fort Knox ? La dernière inspection remonte à 1953, aucun expert externe n’a été autorisé durant l’inspection et seules 5% des barres ont été testées. En 2009, une fausse barre de fabrication américaine a été détectée par des banquiers de Hong Kong, et selon certaines sources, celles-ci seraient couramment utilisées par Fort Knox pour masquer les lingots manquants qui ont été prêtés sur le marché. Cette barre aurait été expédiée par erreur… 
N’avait-on pas essayé de démonétiser complètement l’or à la fin des années 90, comme le montraient les ventes massives des banques centrales de plusieurs pays européens ? Ne pensait-on pas se passer définitivement de l’or à cette époque de suprématie mondiale du dollar? La hausse inattendue (pour les officiels de la Fed) du cours de l’or depuis 2001 a dû être un sacré casse-tête ! 
  
 
Ach ! Wo ist mein Gold !? 
  
Ce n’est plus un secret que, dans ce monde « financiarisé et titrisé » à l’extrême, l’or physique peut être alloué à plusieurs clients en même temps, de façon à jouer le capital sur les marchés financiers et à en tirer davantage de rendement. Et lorsque les clients voudront mettre la main sur leur or, ce sera le jeu des chaises musicales mais avec très peu de chaises ! Sur le marché de l’or papier COMEX à New York, il n’existe actuellement que 1 once d’or physique disponible pour 110 onces d’or papier en circulation. Comme ce marché est le jeu de spéculateurs, qui demandent rarement la livraison de l’or sensé être échangeable avec le contrat à terme, la musique peut encore continuer quelques temps. Jusqu’à ce que l’or physique devienne plus désirable que l’or papier. 
La perte de confiance entre les banques centrales avec leurs réserves d’or a amorcé le premier pas vers la fin de ce petit jeu de passe-passe entre l’or physique et l’or papier. Suivra la méfiance des investisseurs envers certains ETFs comme le GLD. L’arrêt final du jeu sera prononcé avec la perte de confiance totale dans le présent système de monnaies fiduciaires et les  Etats qui les émettent (crise monétaire). 

 
Tour d’horizon du marché de l’or (Partie 3): Les frappes mystérieuses du printemps 2013


Par Léonard Sartoni 
  
Des vendeurs d’or papier (probablement des banques comme HSBC ou JP Morgan), ont décidé (conjointement ?) de frapper fort les 12 et 15 avril 2013, ainsi que les 20 et 26 juin, avec des blocs de vente si gros que l’effet sur le prix ne pouvait que conduire à un effondrement brutal. Sur ces 4 jours de frappes massives, le prix de l’or a chuté de $340 ! A noter qu’aucune nouvelle particulière ne pouvait expliquer des ventes pareilles. C’était comme si on avait annoncé la découverte d’un filon d’or pur de 30’000t en Afrique du Sud ! Le mobile des vendeurs semblait être de produire le maximum d’effroi et de terreur sur le marché de l’or. Et ceci tandis que les planches à billets de la Fed tournaient à plein régime, imprimant l’équivalent annuel de 20’000t d’or en nouveaux dollars électroniques ! 
Chaque fois que le prix se situait à des seuils clés de récupération, des vendeurs apparaissaient, très souvent en dehors du marché principal COMEX pour frapper systématiquement toute reprise, avec à la clé de nombreux fonctionnements de coupe-circuits, parce que leurs blocs de vente, trop gros, produisaient un assèchement total du marché ! Tous ces mouvements suspects sur le marché de l’or papier, très rarement observés les années précédentes, ont fait dire à beaucoup d’observateurs que le prix de l’or avait subi une manipulation. 
Alors, a-t-on eu intervention de la Fed sur le marché de l’or (via un cartel de banques spécialisées), ou l’effondrement du cours de l’or est-il un effet collatéral d’un marché enivré de QE et en phase de bulle ? 
Dans un monde où une banque centrale se permet de contrôler de plus en plus de variables avec des « mesures exceptionnelles de soutien à l’économie », pourquoi ne pas accepter le fait que le marché de l’or est une variable à contrôler parmi d’autres ? Techniquement, la manipulation du prix via le COMEX et les autres marchés papier de l’or est facilement réalisable par un cartel de banques déterminées. Ils peuvent le faire jusqu’à ce que le marché de l’or physique souffre de pénuries à cause d’un prix fixé trop bas. Mais avant, ils pourront récupérer de l’or physique des poches des investisseurs paniqués et bluffés par les explications des banques et de leurs médias. 
Le principal mobile pour une intervention de la Fed sur le marché de l’or serait de racheter de l’or physique manquant dans ses coffres, que cet or soit de l’or en dépôt chez elle ou qu’il soit son propre or. Pour ce faire, des frappes massives sur le marché de l’or papier sont nécessaires pour conduire à la déstabilisation des détenteurs d’or physique dans les ETFs, puis à des capitulations. Vous secouez l’arbre pour que les prunes tombent. 800t d’or sont tombées des ETFs en 2013, mais la récolte du fruit a été détournée par le dragon chinois, via la Suisse et ensuite Hong Kong, comme les statistiques le montrent, et cela pourrait avoir contrarié les banquiers américains. 
Car à moins d’employer des moyens de plus en plus énergiques, l’or restant dans les ETFs et celui stocké en dehors du système bancaire sera de plus en plus difficile à faire sortir. Le prix de l’or, revenu à ses coûts de production, annonce une prime de risque nulle sur les marchés financiers, et cela ne cadre pas très bien avec la situation réelle du monde économique et financier de 2014… Pourquoi vendre une assurance incendie dans ces conditions ? 
L’autre explication à ce marché baissier intermédiaire sur l’or, et qui évite la thèse dérangeante de la conspiration, est liée à la psychologie des marchés, donc à l’irrationalité qui peut périodiquement dominer le comportement des investisseurs. 
Inutile de rappeler que c’est justement l’irrationalité de la Bourse qui crée l’opportunité d’achat ou de vente. Le vent actuel pousse les gérants à courir après le rendement, à cause des taux d’intérêts fixés trop bas, et ils courent après ce qui grimpe, même si ce qui grimpe n’a pas vraiment de raisons de grimper. Cela crée un mouvement de foule vers le sommet. 
Plus la Fed intervient sur les marchés, et plus elle induit des bulles sur toutes sortes d’actifs : actions, obligations, immobilier et matières premières. La voie que prend le nouvel argent de la Fed est souvent imprévisible. Lorsqu’il prend le chemin des actions et de l’immobilier, comme c’est le cas depuis 2009, l’effet de richesse dynamise l’économie (sans la guérir) et surtout les marchés financiers, qui s’emballent dangereusement, sous l’effet conjugué de l’avidité et de l’euphorie. Cela crée des boucles psychologiques qui s’auto-alimentent… jusqu’à l’implosion de la bulle. Et nous avons des outils pour le mesurer. 
Les traders jouent de plus en plus sur marge, avec des leviers, les valorisations P/E des actions deviennent trop chères, les marges de profits diminuent, la majorité des acteurs passent haussiers, le sentiment des conseillers est largement haussier, les dirigeants des entreprises (l’argent intelligent) quittent le navire en vendant leurs propres actions, l’indice de la peur est au plus bas (VIX), etc. 
Tous ces signaux d’entrée en phase de bulle (10 indicateurs) ont été compilés en un seul indicateur, appelé greedometer, ou avidomètre, et son historique montre que tous les précédents sommets sur les marchés actions ont été correctement prédits. Les interférences de la Fed avec ses mesures de soutien extraordinaires depuis 2009 ont empêché à plusieurs reprises le marché de corriger, mais plus la Fed repousse l’échéance de la prochaine récession et plus dure sera la chute. L’avidomètre a atteint un sommet historique et parle pour un krach également historique à l’horizon 2014-2015. 
  
 
  
C’est dans ce contexte de sentiment poussé à un extrême haussier sur les actions que l’or aurait initié un marché baissier intermédiaire. C’est aussi le même sentiment hyper haussier sur les actions qui produisait une fuite hors de l’or et des mines d’or en 1999. Mais tout cela est sur le point de se renverser. 

 
Tour d’horizon du marché de l’or (Partie 4): Qu’est-ce qui fait grimper le cours de l’or ?


Dans les journaux, on peut lire le plus grand nombre d’idioties au sujet de l’or. On dit que l’or a besoin d’inflation pour grimper. On dit aussi que l’or évolue à l’opposé du dollar. C’est vrai parfois, mais pas toujours. La relation entre les deux n’est pas mathématique. 
On dit que l’or profite des taux d’intérêts réels négatifs. C’est vrai. Mais pourquoi sont-ils négatifs ? Parce que nous traversons une période de crise corrective du cycle précédent et parce que les banques centrales tentent de relancer l’économie avec des taux directeurs au plancher, en dessous du niveau de l’inflation. 
On dit que l’or profite de l’impression monétaire et que si les planches à billet de la Fed tournent moins vite, l’or est amené à chuter. Alors si c’est le cas, pourquoi l’or n’a-t-il pas profité de l’augmentation énorme de la masse monétaire entre 1980 et 2001 ? 
Parce que le monde de l’ingénierie financière et l’argent-dette pouvaient repousser toujours plus loin les limites du système, avant que la dette ne heurte un mur et que les premières lézardes apparaissent. Le cycle correctif n’était pas encore arrivé, mais tout est resté en mémoire, tout s’est accumulé jusqu’à l’heure des comptes, qui a commencé autour de 1999-2001. 
Si vous êtes faux dans le cycle, vous êtes faux dans votre investissement. Vous pouviez parier tout ce que vous vouliez sur l’or en 1995, même si son juste prix théorique aurait dû être de $1281, il restait désespérément à $380. Et le présent cycle correctif sur les économies occidentales a réveillé le cours de l’or… jusqu’à récupération de sa pleine valeur et jusqu’à la purge de tous les excès du cycle précédent, ce qui est encore loin d’être le cas ! 
Le cycle correctif baissier sur les actions (en valeurs corrigées de l’inflation et en terme de valorisation P/E) a des chances de se terminer plus tard que le cycle correctif haussier sur l’or. Durant le précédent cycle correctif, l’or avait touché un sommet en 1980 et les actions un point bas en 1982. 
Je pense que le dollar va entrer dans sa phase terminale de rejet en tant que devise de réserve mondiale à partir de 2015 et que la Fed ne pourra rien faire pour le sauver, puisque, contrairement au cycle correctif des années 70, la Fed ne pourra pas relever aussi massivement les taux d’intérêts. L’or entrera alors en phase d’accélération finale de son marché haussier. La Fed risque de devoir augmenter le rythme de ses planches à billets, et le prix théorique de l’or risque de dépasser largement les $3400… 
  
Pourquoi l’or ne va pas être entraîné dans un krach comme en 2008
  
 
  
En 2008, l’or et les mines d’or avaient évolué dans le même sens que les actions depuis 2003, tandis que depuis 2011, ces secteurs ont évolué en sens opposé. En 2008, des hedge funds et beaucoup de mains faibles jouaient l’or à la hausse, tandis qu’en 2013, non seulement les hedge funds et les mains faibles ont déjà été éjectés, mais ces derniers ont pris des positions « shorts » (vendeuses) massives sur l’or ! A mon avis, il n’y a donc aucun risque pour que l’or et les mines d’or soient entraînés dans une nouvelle course au cash comme durant le krach de 2008. 
A cette époque, l’or avait subi deux forces contraires : des achats par l’argent intelligent (orienté long terme), en vertu de son caractère de valeur refuge, et en même temps des ventes de la part d’acteurs spéculatifs qui subissaient des appels de marge, et devaient réunir davantage de liquidités pour rester solvables dans un marché qui se retournait contre eux. Dans un premier temps, l’or et les mines avaient lourdement plongé à cause de ces liquidations forcées, mais ensuite ils avaient vite récupéré leurs pertes. 
Un nouveau marasme sur les actions produirait cette fois une hausse directe du cours de l’or par tous ceux qui l’ont vendu en 2013 en croyant que la crise était définitivement enterrée, et qui voudraient reprendre leurs positions. De plus, les fonds spéculatifs qui sont positionnés pour profiter de la baisse du cours de l’or (et ils sont nombreux !) devraient inverser leurs positions dans l’urgence et participeraient malgré eux à alimenter la hausse, avec un effet possible de « short squeeze », une sorte de vague dévastatrice pour tous les acteurs positionnés « short », c’est-à-dire vendeurs. 
  
 
  
La période la plus comparable à la situation actuelle est celle du marché haussier des actions qui s’est terminé en 2000. On voit bien que lorsque le renversement a été effectué, les mines d’or, qui sont pourtant des actions, ont suivi leur propre chemin. 

 
Tour d’horizon du marché de l’or (Partie 5): Le creux de ce marché baissier intermédiaire sur l’or a déjà été touché


Par Léonard Sartoni 
  
 
  
Ce graphique à lui seul montre combien le sentiment sur les mines d’or a atteint un sommet de pessimisme jamais vu depuis 1943. Lorsque les mines se vendent aussi bon marché vis-à-vis de l’or c’est le signe d’une capitulation historique sur tout le secteur. Leurs valorisations en termes de P/E et de valeur d’entreprise n’ont jamais été aussi bon marché depuis des décennies ! 
Mais nous devons aussi tenir compte du fait que, depuis une dizaine d’année, le secteur minier doit faire face à des défis de taille : hausse du prix de l’énergie, des matériaux de construction, des taxes, baisse de la teneur en or des gisements, raréfaction des découvertes pour renouveler les mines existantes, problèmes environnementaux et plus grande difficulté pour obtenir les différents permis de mise en exploitation. Donc il est normal que le ratio évolue dans une zone plus haute que celle des années 80 et 90, mais le niveau actuel est tout simplement absurde et ne peut que résulter d’une capitulation des investisseurs dans ce secteur. Pour moi, c’est un signe de bottom majeur et d’opportunité d’achat exceptionnelle pour l’or physique et les mines d’or. 
  
 
  
Ce graphique montre que la correction 2011-2013 sur les mines d’or a quasiment atteint la moyenne, en intensité et en durée, de toutes les grandes corrections passées, et que ce secteur est davantage positionné pour démarrer un grand mouvement haussier que pour démarrer une grande correction. En effet, chacune de ces grandes corrections a été suivie d’une hausse de, respectivement, 324%, 205%, 606%, 560%, 52%, 163% et 141%.
Les mines d’or juniors, représentées par l’ETF GDXJ, montrent des signes encourageants de retournement, validés par des volumes très importants. 
Les mines anticipent souvent le mouvement du métal, pour la simple raison que l’argent intelligent (qu’il soit renseigné par les manipulations du marché de l’or, s’il s’agit d’une grande banque, ou qu’il soit simplement renseigné par l’analyse fondamentale du marché) va jouer les mines en parallèle avec ses positions sur le marché de l’or. Le secteur des mines étant beaucoup plus petit que le marché de l’or, il va avoir tendance à réagir plus vite, et à nous indiquer la voie à suivre. 
  
 
  
 
  
Les mouvements de l’argent intelligent peuvent aussi être suivis sur le COMEX, en relevant la position des commerciaux. Jusqu’en 2008, je recevais un signal d’achat clair lorsque les commerciaux réduisaient leur position « net short » à moins de 25% de l’open interest. En 2013, les commerciaux envoyaient un signal d’achat (le premier depuis 2008) lorsque le prix de l’or était de $1525. Les attaques des mois d’avril et juin les ont pris par surprise (comme tous les observateurs de ce marché) mais leur signal d’achat n’en a été que plus clair au mois de juin, puisqu’il a touché un point bas à 5%, jamais vu depuis 2001 ! 
Pour moi, ce point bas indique la limite physique de l’extension de l’élastique par les manipulateurs. Cette limite a encore été touchée au mois de décembre 2013, mais le test réussi de son creux de juin indique ici aussi de bonnes chances pour que ce marché baissier intermédiaire soit définitivement terminé. 
  
 
  
Même si ce mouvement correctif est allé beaucoup plus bas que ce que tous les analystes de ce marché anticipaient, et même si cette exagération baissière est le fait de banquiers déterminés à produire le maximum de dégâts techniques, nous ne devons pas perdre de vue les fondamentaux, qui n’ont en rien changé depuis 2011. Au contraire, l’or a aujourd’hui davantage de raisons pour regagner son prix théorique… qui est passé de $3060 en 2011 à $3400 en 2013. 

_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:39 (2017)    Sujet du message: léonard sartoni

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Analyses Fondamentales & Techniques Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Theme by Quentin H. ~ Alias Caly - 2009-2010 ©
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com