le cartel des traders Index du Forum

Accueil Accueil Accueil S'enregistrer

:: Demain, la GUERRE ? ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer 19 Sep - 19:42 (2012)    Sujet du message: Demain, la GUERRE ? Répondre en citant

Demain, la GUERRE ?
Par Charles Sannat - AuCOFFRE
Publié le 17 septembre 2012



Mes chères contrariées, mes chers contrariens,

 
Ce week-end, encore une fois ne fût pas coutume, fut très chargé. Je voulais vous parler du discours de notre Président Normal 1er, roi des Gaules – ce que je ferai – mais finalement, ce qui doit retenir notre attention, ce sont évidemment les événements qui secouent actuellement le monde arabe et, surtout, la situation en Iran.

 
Tout a commencé la semaine dernière lors du dernier 

 
Vote par le Conseil des gouverneurs de l’AIEA d’une nouvelle résolution sur l’Iran (le 13 septembre 2012)

 
Cette nouvelle résolution constitue la réponse au dernier rapport du 30 août du directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Ce document constatait l’absence de coopération de l’Iran avec l’Agence sur la possible dimension militaire de son programme nucléaire et l’accélération par Téhéran de ses activités sensibles, notamment d’enrichissement de l’uranium,menées en violation des résolutions du Conseil des gouverneurs de l’AIEA et du Conseil de sécurité.

L’adoption à une très large majorité de cette résolution, la 12e depuis 2003, démontre une fois encore l’unité et la détermination de la communauté internationale sur le dossier nucléaire iranien.

En novembre dernier, dans sa précédente résolution, le Conseil avait demandé à l’Iran d’intensifier son dialogue avec l’Agence pour répondre à ses préoccupations concernant la possible dimension militaire du programme nucléaire iranien.

Dix mois plus tard, le Conseil constate qu’aucun accord n’a pu être obtenu sur ce sujet et que l’Iran n’a pas autorisé l’accès demandé par l’AIEA aux sites sensibles iraniens. Pour le Conseil, la coopération de l’Iran est « essentielle et urgente » pour restaurer la confiance de la communauté internationale dans le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien.

Dans le même temps, le Conseil s’est dit à nouveau extrêmement préoccupé par le fait que l’Iran continue de développer ses activités d’enrichissement, notamment dans son installation de Fordow, au mépris de ses obligations internationales.

Le Conseil demande instamment à l’Iran de se soumettre « complètement et sans délai à ses obligations issues des résolutions du Conseil de sécurité », et satisfaire aux exigences du Conseil des gouverneurs concernant ses engagements en matière de transparence de son programme.

 
Puis, on a appris ce week-end qu'une armada navale regroupant plus de 25 nations était en cours de déploiement pour protéger le golfe Persique et plus particulièrement le détroit d'Ormuz.

 
Cuirassés, porte-avions, sous-marins et dragueurs de mines de 25 pays convergent actuellement vers le détroit stratégique d'Ormuz dans un spectacle inédit, alors que l'on sent bien la tentation d'Israël d'anéantir, avant qu'il ne soit trop tard, le programme nucléaire iranien.

 
Les dirigeants occidentaux sont convaincus que l'Iran ripostera à toute attaque en essayant de miner ou de bloquer la principale voie de navigation à travers laquelle passe environ 18 millions de barils de pétrole par jour, soit 35 pour cent du pétrole mondial.

 
Un blocage sur le détroit d'Ormuz aurait un effet catastrophique sur les économies occidentales fragiles, qui toutes dépendent fortement des approvisionnements pétroliers et gaziers des pays du Golfe.

 
Le détroit d'Ormuz est l'une des voies navigables internationales les plus encombrées du monde. 

A son point le plus large, il est de seulement 21 miles.

 
En préparation de toute action préventive d'Israël, qui entraînerait d'inévitables représailles par l'Iran, les navires de guerre de plus de 25 pays, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, vont entamer à partir de lundi un "exercice" de 12 jours. 

 
Notre porte-avions, le Charles de Gaulle, serait actuellement en cours de déploiement au large de la Syrie, du Liban et d'Israël. 

 
Une situation géostratégique "idéale"

 
La situation dans la région est "idéale" pour Israël. L'Egypte est affaiblie par le départ de Moubarak et la transition complexe actuellement en cours dans ce le pays, le Liban n'est plus une menace directe sans le soutien massif de la Syrie, actuellement en pleine guerre civile. L'Irak est totalement disloqué, la présence militaire occidentale encore massive en Afghanistan. Bref, l'Iran est particulièrement vulnérable et toutes ses lignes de défense ont été réduites à néant. 

 
Voilà la réalité de la situation géostratégique actuelle. De telles conditions pourraient ne pas se reproduire avant très, très longtemps. 

 
Le ton monte de tous les côtés…

 
…Alors que le premier Ministre Benjamin Netanyahou a indiqué dimanche que l'Iran avait dépassé la ligne rouge et qu'il serait en capacité de détenir l'arme nucléaire d'ici 6 à 7 mois. 

 
De son côté, le pouvoir iranien a vertement répondu en déclarant que : « L'Iran est prêt à détruire Israël en cas d'attaque israélienne contre ses sites nucléaires, mais également à s'en prendre aux bases américaines dans la région », selon Mohammad Ali Jafari, le commandant en chef des Gardiens de la révolution, dans une nouvelle mise en garde aujourd'hui.  

En cas d'attaque contre l'Iran, « il ne restera rien d'Israël compte tenu de sa petite taille et de nos capacités balistiques », a-t-il déclaré.

 
Voilà qui est un message limpide de part et d'autres. 

 
Pendant ce temps, on apprend toujours dimanche que la compagnie aérienne israélienne El Al arrête de desservir le Caire, pour la première fois depuis la signature de l'accord de paix entre Israël et l'Egypte en 1979. 

 
La raison officielle invoquée : des coûts d'exploitations trop élevés dus à des contraintes de sécurité... A d'autres. 

 
La Guerre n'a jamais été aussi proche 

 
Jusqu'à présent, nous avons été habitués à la paix. Les guerres, c'étaient essentiellement chez les autres.

D'après les derniers renseignements, l'Iran dispose de 19 missiles BM25 d'une portée d'environ 3 000 kilomètres... De quoi toucher toutes les nations importantes européennes. 

 
Les événements actuels dans le monde arabe donnent un prétexte tout trouvé pour rappeler le personnel diplomatique, ce qui est actuellement en cours pour de nombreux pays. 

 
Si les rumeurs de frappes contre l'Iran ont souvent été un serpent de mer ressurgissant régulièrement, il semble que cette fois, la situation soit réellement préoccupante.

 
Rien ne dit que Barack Obama, malgré ses dénégations officielles, n'ait pas intérêt finalement à cette intervention préventive, puisque la « tradition » américaine veut que l'on ne change pas de président lorsqu'une guerre commence mais que toute la nation fasse bloc.

 
Cette guerre, initiée par Israël, permettrait aux états occidentaux de ne pas en porter la responsabilité mais aurait pour conséquence de les entraîner « malgré » eux dans le conflit pour préserver la libre circulation dans le détroit d'Ormuz, que l'Iran ne manquera pas de fermer. 

 
Les conséquences économiques

 
Les capacités militaires iraniennes sont, pour le grand public, assez peu connues. Aidé par la Chine, la Russie et le Pakistan (puissance nucléaire), l'Iran a fait des progrès considérables ces dix dernières années, profitant de la disparition de l'Irak voisin. 

 
Rien ne permet d'assurer à ce jour que la Russie et la Chine resteront neutres dans ce conflit. Dès lors, tout devient imaginable. 

 
Dans le meilleur des cas, une très forte hausse des prix du pétrole est à attendre, certainement dès le début de la semaine qui s'annonce. Les effets récessifs d'une telle hausse amèneront les marchés boursiers à corriger sévèrement. Les prix de l'or devraient s'envoler avec les bruits de bottes. 

 
Un article du Monde de la semaine dernière évoquait d'ailleurs la possibilité qu'Israël utilise une bombe atomique lâchée en haute altitude au dessus de l'Iran pour créer une EMP (onde électromagnétique) afin de mettre hors service tout appareil électronique, d'une simple télévision à l'ordinateur le plus perfectionné... 

 
Je vous laisse imaginer les effets psychologiques mondiaux de l'utilisation d'une arme nucléaire pour la première fois depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

 
Dès lors, nos hommes politiques pourront nous expliquer doctement que les problèmes économiques sont liés... à la guerre. 

 
Les prochains jours seront déterminants. Accrochez vos ceintures et surveillez les cours du pétrole et de l'or, ils donneront une indication précieuse sur l'imminence d'une éventuelle attaque. A moins qu'encore une fois comme depuis plusieurs années, il s'agisse de gesticulations destinées à faire pression sur l'Iran.
_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité





MessagePosté le: Mer 19 Sep - 19:42 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Theme by Quentin H. ~ Alias Caly - 2009-2010 ©
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com