le cartel des traders Index du Forum

Accueil Accueil Accueil S'enregistrer

:: La demande en or des banques centrales apporte une nouvelle dimension au marché ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu 7 Juin - 22:01 (2012)    Sujet du message: La demande en or des banques centrales apporte une nouvelle dimension au marché Répondre en citant

La demande en or des banques centrales apporte une nouvelle dimension au marché 
Publié le 07 juin 2012 


 
Les tendances à long terme des lois fondamentales que sont l’offre et la demande laissent paraître un avenir potentiellement explosif pour le marché de l’or. En effet, l’offre stagne et tend généralement à diminuer dans le même temps que la demande globale, banques centrales et investisseurs confondus, ne cesse de croître. Il est également important de noter que les dynamiques politiques, financières et économiques responsables de l’augmentation de la demande globale en or ne semblent pas encore, pour les raisons que nous aborderons ci-dessous, sur le point de se retourner. Jusqu’à aujourd’hui, le marché haussier de l’or a été influencé par la combinaison de la demande des investisseurs privés et de celle des investisseurs institutionnels. Bien que ces deux types d’investisseurs soient distincts, l’arrivée sur le marché de l’or de banques centrales de pays en développement - telles que celle de la Chine, de la Russie, de l’Arabie Saoudite, de l’Inde, du Mexique et du Brésil - a apporté une dimension nouvelle au marché haussier du métal jaune.

 
La demande d’investissement fluctue en fonction de la conjoncture économique, de l’évolution des marchés financiers, et en fonction du prix de l’or. En conséquence, la demande en investissement est généralement aperçue comme un aspect irrégulier de la demande globale. La demande des banques centrales est bien plus ancrée dans le domaine politique, dans la mesure où elle est liée à la sécurité et à la préservation de la valeur des réserves nationales. Les politiques des banques centrales tendent à se jouer sur plusieurs années, voire plusieurs décennies. En conséquence, toute modification de la perception de l’or par les banques centrales est en mesure d’avoir un impact profond et de très long terme sur le marché – pour dire les choses simplement, la nature constante de la demande des banques centrales est capable de placer des planchers sous le prix de l’or (comme par exemple à la fin 2011, lorsque le prix de l’or chutait après avoir atteint un nouveau record historique d’environ 1900 dollars par once, la banque centrale Chinoise a décidé d’acheter des quantités considérables de métal physique). L’année 2011 – durant laquelle les banques centrales sont, pour la première fois depuis des décennies, apparues en tant qu’acheteurs d’or nets – marque donc un tournant important pour le marché de l’or.

 
 

 
  
 La Chine est actuellement l’acteur principal du marché de l’or. En tant que plus important producteur et plus important consommateur d’or de la planète, elle joue un rôle fondamental tant pour l’offre que pour la demande sur ce marché. Il va sans dire qu’il est nécessaire à tout acheteur d’or de bien comprendre la manière dont la Chine appréhende l’or. Une attitude ‘favorable’ de la part de son plus important consommateur et producteur ne pourra être que bénéfique à l’or. Au contraire, une attitude négative et dédaigneuse ne ferait qu’agir à son détriment. La banque centrale et le gouvernement Chinois aperçoivent l’or comme étant une protection face à la dévaluation de leurs réserves de dollars ainsi que de toute autre devise du monde Occidental. De nombreuses personnes, qu’elles soient membres de l’académie, travaillent pour le gouvernement, ou soient fonctionnaires de la Banque Populaire de Chine, ont depuis longtemps souligné le risque représenté par les réserves de devises étrangères et l’importance de l’or en tant que protection financière. La Banque Populaire de Chine a pour objectif d’accumuler plus de 4000 tonnes d’or. A l’heure actuelle, elle en possède déjà 1200. Une telle attitude de la part de la banque centrale du pays affecte fortement l’offre sur le marché de l’or, dans la mesure où elle laisse supposer que la Chine continuera encore quelques temps de ‘domestiquer’ sa production intérieure afin d’alimenter ses réserves nationales. Pour ce qui concerne le domaine de la demande, les Chinois se sont depuis longtemps prouvés être des acheteurs potentiels pour toute quantité d’or disponible sur le marché – et ce quelle qu’en soit la source. En effet, certains rapports ont récemment fait état du lancement par la Chine, dans le cadre de son plan de diversifications de réserves, d’un programme de rachat direct de l’or produit par les compagnies minières du monde. Ambrose Evans-Pritchard, journaliste pour le journal Londonien The Telegraph, mentionnait ce projet dans un récent article, et prévoit à ce que les réserves d’or de la Chine dépassent celles des Etats-Unis (8000 tonnes) et de la zone Euro (11000 tonnes) d’ici les cinq prochaines années.

 
Cette attitude favorable à l’or est désormais ancrée à la politique monétaire de la Chine, et continuera d’influencer l’offre et la demande sur le marché au cours des années à venir. Elle poussera certainement d’autres nations, telles que la Russie, cinquième plus important producteur d’or du monde, à suivre son exemple. L’Afrique du Sud, quatrième plus important producteur d’or du monde, utilise de plus en plus le renminbi Chinois au détriment du dollar pour mener à bien ses transactions internationales. Combien de temps faudra-t-il attendre pour qu’elle se tourne vers des politiques monétaires similaires à celles de la Chine ? A elles seules, la Chine, la Russie et l’Afrique du Sud représentent 28% de la production annuelle de métal jaune.

 
2011 : les banques centrales redeviennent des acheteuses d’or

 
Atteignant aujourd’hui la fin du premier quart de l’année 2012, nous pouvons nous permettre d’observer les évènements de 2011 avec un peu plus de perspective. Si j’avais à classer les évènements de 2011 par ordre d’importance pour ce qui concerne le marché de l’or, le passage des banques centrales au rang d’acheteuses d’or occuperait certainement la première position. En deuxième position, je placerai sans doute l’augmentation de la demande en barres et pièces d’or des investisseurs privés. Non seulement ces changements comportementaux sont importants, les quantités d’or qu’ils représentent sont saisissantes. Il y a dix ans, en 2002, les banques centrales vendaient 545 tonnes d’or. En 2005, leurs ventes atteignaient 662 tonnes. Cinq ans plus tard, en 2010, ces ventes ne s’élevaient plus qu’à 77 tonnes. En 2011, les banques centrales achetaient 440 tonnes d’or – soit un changement de plus de 1000 tonnes de 2002 à 2011. En d’autres termes, les banques centrales se sont à nouveau tournées vers la propriété d’or en 2011, et ce de manière radicale. La disponibilité physique, plus encore que les niveaux de prix, semble être la raison principale pour laquelle les banques centrales n’achètent pas de volumes d’or plus importants, et que de plus en plus de dollars viennent encombrer les réserves des nations privilégiant l’économie d’exportation.

 
L’évolution de l’investissement privé en barres et pièces d’or est également à couper le souffle. En 2002, les investisseurs achetaient 373 tonnes de lingots et pièces d’or. En 2005, après l’apparition des premières ETF, la demande en or (lingots, pièces et ETF) passait à 620 tonnes. Depuis lors, la demande en investissement privé n’a fait qu’augmenter, jusqu’à atteindre 1196 tonnes en 2008, et 1641 tonnes en 2011. Il est intéressant de noter que la demande en ETF n’a fait que diminuer depuis 2009, dans le même temps que la demande en or physique n’a cessé d’augmenter – ce qui est en une certaine mesure dû au fait que de nombreux propriétaires de hedge funds tels que John Paulson se soient tournés vers l’investissement en métal physique au détriment des ETF.

 
 

 
  
 La combinaison de la forte demande du secteur institutionnel et de la demande globale en investissement pourrait bientôt propulser le marché de l’or vers une nouvelle phase haussière de long terme, et pousser son prix au-delà de son record historique de 1895 dollars l’once. Notre monde financier a subi de profonds changements à la suite de l’effondrement économique de 2008, ce qui a poussé de plus en plus d’investisseurs privés, de responsables de fonds, de fonds souverains et de banques centrales à se tourner vers l’or en tant que protection financière.

 
Le marché haussier de l’or n’est pas né en période d’inflation
 
Gardons à l’esprit que la première augmentation du prix de l’or est apparue alors que l’économie était encore en phase désinflationniste – ce qui, au passage, a surpris de nombreux analystes. Un rapide coup d’œil à l’Histoire vous permettra d’observer que jamais un marché haussier de l’or n’a été la conséquence d’une inflation. Le fait que les banques centrales des pays industrialisés que sont les Etats-Unis, l’Europe, le Japon et l’Angleterre se tournent actuellement vers de nouvelles politiques de quantitative easing – c’est-à-dire l’impression monétaire – pousse de nombreuses personnes à penser que le prochain marché haussier de l’or pourrait se développer en période inflationniste. Si c’était le cas, ces quelques prochaines années se prouveront être pour le moins intéressantes pour les propriétaires d’or. Comme l’expliquent les écoles monétaristes, il faut généralement trois à cinq ans pour qu’une inflation monétaire se traduise par une inflation des prix. Aux Etats-Unis, la première vague de quantitative easing fut lancée en 2009 et prit fin mi-2011. Selon les dires, une autre vague de quantitative easing serait actuellement dans les tuyaux.

 
Sur le court terme, un certain nombre de facteurs sont en mesure d’influencer le prix de l’or – depuis les activités des traders, banques centrales et banques commerciales, jusqu’à l’évolution des programmes informatiques responsables de générer plusieurs milliers d’opérations commerciales en un battement de cils. Sur le long terme en revanche, ce sont les activités des acheteurs et vendeurs d’or qui influenceront le prix du métal. Les motivations des acheteurs de métal physique – ainsi que les motivations des vendeurs– détermineront l’avenir du prix de l’or. Bien que les magiciens du marché puissent le manipuler à leur guise grâce aux instruments papiers dont ils disposent, ils ne peuvent influencer l’apparition d’un marché haussier ou d’un marché baissier sur le long terme. C’est pourquoi ceux qui possèdent du métal physique ont jusqu’à présent été les seuls à profiter réellement des phases de marché haussier, et continueront d’en bénéficier au cours des années à venir.
 

_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité





MessagePosté le: Jeu 7 Juin - 22:01 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Theme by Quentin H. ~ Alias Caly - 2009-2010 ©
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com