le cartel des traders Index du Forum

Accueil Accueil Accueil S'enregistrer

:: Prix de l’or: vers une croissance hyperbolique? ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu 24 Mai - 10:11 (2012)    Sujet du message: Prix de l’or: vers une croissance hyperbolique? Répondre en citant

Prix de l’or: vers une croissance hyperbolique? 
Publié le 24 mai 2012 


 
Un de mes articles récemment publié était consacré à la masse monétaire réelle des Etats-Unis. Il semblerait en effet que cette dernière augmente désormais à un rythme hyperbolique. La différence entre les termes hyperbolique et exponentiel étant qu’un taux de croissance hyperbolique augmente dans le temps, à l’opposé d’un taux de croissance exponentiel. La croissance hyperbolique de la masse monétaire prend fin avec l’hyperinflation, tandis que la croissance exponentielle de la masse monétaire peut s’étendre à l’infini. L’état actuel de la masse monétaire réelle et du prix de l’or en dollar laisse entendre qu’une hyperinflation est proche. Cet article explique pourquoi :

Il existe cinq mécanismes apocalyptiques capables d’accélérer la croissance de la masse monétaire : le déficit budgétaire du gouvernement, le piège de la dette, la condition financière des banques, les politiques économiques Keynésiennes, ainsi que les lois arithmétiques.

1.       Le gouvernement des Etats-Unis collecte seulement 55 centimes de taxes pour chaque dollar qu’il dépense. Il lance généralement une reprise économique en réduisant les aides sociales et augmentant ses recettes fiscales. Cette manière de procéder est de moins en moins appliquée, dans la mesure où les analystes sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à déconseiller toute réduction des dépenses gouvernementales.

 
2.      Le piège de la dette du gouvernement des Etats-Unis est dissimulé par des taux d’intérêt très bas. La seule raison pour laquelle ces taux ne sont pas plus élevés est que la Fed continue de poursuivre une politique de taux d’intérêt ‘zéro’. Cependant, aussi sûrement que la pénombre finit toujours par laisser place à l’aube, une inflation monétaire finira par découler de l’inflation des prix, ne laissant d’autre choix à la Fed que d’augmenter les taux d’intérêts afin de favoriser la reprise. La crise des taux d’intérêt ne fera qu’accentuer le déficit budgétaire, qui sera financé, directement ou indirectement, par de nouvelles politiques d’expansion monétaire.

 
3.      Les bilans des banques sont bien pires qu’ils n’en ont l’air, du fait des pertes - difficilement décelables - générées par certains actifs et prêts, ou encore de la dépréciation de leur propre dette. La dépréciation de leurs collatéraux sur l’immobilier excède très certainement à elle seule les 1.400 milliards de dollars que représentent les capitaux bancaires. Les banques commerciales américaines sont en banqueroute collective. Pour survivre, elles n’auront d’autre alternative que de réduire leur exposition au risque en limitant leurs prêts, tout en continuant de recevoir le support de la Fed.

 
4.      Les économistes Keynésiens, conscients des difficultés dans lesquelles se trouvent les banques, sont terrifiés par l’idée d’un resserrement du crédit bancaire. Pour cette raison, la théorie macroéconomique encourage fortement le rachat d’une récession déflationniste par l’expansion monétaire. 

 
5.      Dans le même temps que le pouvoir d’achat du dollar s’effondre, ce qui n’est autre que la conséquence directe d’une politique d’expansion monétaire, de nouveaux dollars sont imprimés afin de couvrir les nouvelles dépenses gouvernementales. L’inflation se traduit alors par une augmentation des prix.

L’impression monétaire continuera d’accélérer, permettant au gouvernement d’acheter du temps plutôt que de faire face aux conséquences de son défaut, de l’endettement du secteur privé, et de la banqueroute du système bancaire. Les Keynésiens sont conscients des dangers qu’ils encourent, mais ne voient pas d’autres solutions que l’impression monétaire pour faire face à ces problèmes. Les monétaristes des banques centrales se montrent hésitants, déchirés entre les inquiétudes des Keynésiennes face à la déflation et la peur de pousser l’expansion monétaire trop loin.

L’Histoire de l’expansion monétaire nous prouve qu’une fois la phase hyperbolique atteinte, il devient impossible de faire machine arrière. Certains analystes ont déjà tourné à a dérision le ridicule des banques centrales et des économistes en temps d’hyperinflation, comme par exemple en Allemagne sous la République de Weimar, en Argentine, ou au Zimbabwe. La vérité, c’est que lorsque l’hyperinflation devient visible, elle a depuis longtemps atteint un point de non-retour sur la sphère monétaire.
 

_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité





MessagePosté le: Jeu 24 Mai - 10:11 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Theme by Quentin H. ~ Alias Caly - 2009-2010 ©
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com