le cartel des traders Index du Forum

Accueil Accueil Accueil S'enregistrer

:: La partie est terminée ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu 16 Fév - 23:21 (2012)    Sujet du message: La partie est terminée Répondre en citant

La partie est terminée 
Par Ty Andros - traderview 
Publié le 10 février 2012 


 
La partie est terminée, et il n’en commencera pas de nouvelle tant que le grand désendettement ne sera pas achevé. La volatilité qui en naîtra représentera une opportunité à ne pas rater. La plus importante bulle sur le crédit à laquelle nous ayons jamais assisté est sur le point de faire son entrée dans l’Histoire. La volatilité qui en découlera prendra une ampleur extraordinaire, et représentera une incroyable opportunité pour les investisseurs y ayant été préparés. La stratégie de placement à long terme connaît ses derniers jours de gloire. Les alternatives d’investissement soutenues par l’or et l’argent sont désormais les seules vers lesquelles se tourner. 

 
Si l’on observe deux différentes manières de déterminer le taux d’inflation aux Etats-Unis (celles de 1990 et de 1980, présentées par www.shadowstats.com), nous pouvons apercevoir à quel point le politiquement correct a influencé le système de mesure de la fluctuation des prix à laquelle sont aujourd’hui confrontés investisseurs et consommateurs :

 

 
 Si vos investissements ne vous permettent pas des rendements supérieurs de 1 à 3% au taux d’inflation, soit un rendement réel après inflation, cherchez la cause du côté de la répression financière menée par les banques centrales. Si vos investissements vous rapportent des rendements inférieurs au taux d’inflation plus 1 à 3%, alors ils sont sous-performants et votre richesse réelle diminue. 

Par exemple : Si vous achetez une obligation à rendement de 2% sur 10 ans, alors vous perdez 4 à 8% par an si vous tenez compte de l’inflation réelle. 

 
Ces actifs surévalués  vont voir leur valeur chuter jusqu’à ce que leur rendement devienne supérieur au taux d’inflation et vous permette des rendements réels. Vous pouvez appliquer cette même loi aux actions à rendement de 2% par an, en observant par exemple le SP500, et ceci s’applique également au  marché immobilier. Tous ces actifs finiront par perdre de la valeur jusqu’à ce qu’ils  puissent permettre un rendement réel positif après inflation. 

 
Ce retour à une rentabilité réelle se passera pas le biais d’une contraction des encours de prêts.  En effet, c’est la création monétaire et le crédit qui supporte cette structure de prix. Remarquez que cette contraction n’a absolument rien à voir avec une déflation.

 

 
 Les économies du monde développé ont été prises au piège dans la spirale de la dette, et sont littéralement sur le point de s’effondrer. Il n’existe aucune issue possible. Les dettes gouvernementales du monde développé se sont accrues à un taux de 11% par an depuis les premiers signes de la crise en 2000. Depuis l’an 2000, la dette planétaire à quasiment triplé dans l’ensemble des secteurs (financier, non-financier, gouvernemental, et celui des ménages), pour passer de 80 trillions à 200 trillions de dollars. 

 
En termes réels, aucune croissance des revenus ne permet de justifier ces emprunts additionnels. Compte tenu de la croissance de la masse monétaire et d’une croissance de l’encours de dettes de 11% par an, le pouvoir d’achat de la livre sterling diminué d’au moins  3 à 5% par an, et c’est une estimation conservatrice.

 

 
  
Pour ceux ayant accès à la planche à billets, cela signifie que l’impression monétaire sera nécessaire au remboursement de ces dettes ; pour ceux n’y ayant pas accès, cela signifie qu’un désastre est imminent.

 
Pire encore, ceux étant à l’origine du problème se sont avérés incapables d’en venir à bout. Après plus de dix ans d’impression monétaire incessante, nos problèmes économiques et sociaux actuels ne peuvent plus être réglés par l’emploi de ces mêmes politiques. 

 
Le socialisme et l’étatisme rampants ne permettront pas que nos problèmes soient résolus. Le seul remède dont nous disposions réside en une politique de création de richesse, d’une monnaie et d’une croissance économique réelles, pas fondées sur de la dette. Tout comme il nous est impossible d’échapper à la mort, il est impossible pour les élites et banquiers d’esquiver le décès des systèmes économiques et financiers du monde développé. Et c’est l’étendue même de leur cupidité, de leur arrogance et de leur désir de pouvoir qui en est la cause.

 

 
  
Les gouvernements progressistes, plus connus sous le nom de gouvernements socialo- libéraux, dominent aujourd’hui le débat politique, qu’ils soient républicains ou démocrates. Conservateurs, libéraux, travaillistes, Chrétiens démocrates, socialistes… tous sont achetés et soudoyés par les banquiers et le capitalisme de copinage. Ce capitalisme de copinage a désormais pris le contrôle des gouvernements, comme cela avait été prévu lors de la création de la Réserve Fédérale en 1913. Ce système peut être comparé aux familles mafieuses  du crime organisé que sont les Gotti ou les Gambino, se lançant corps et âme dans des guerres de territoires sans merci portant le nom d’élections, dans le seul objectif d’occuper la première rangée de sièges et de pouvoir imposer des réformes législatives et réglementaires allant à l’encontre des désirs des citoyens qu’il dit servir. Il n’existe aucune différence entre ce copinage capitaliste et une famille mafieuse : une fois élu, le parti s’empresse de restreindre les libertés et de transférer les richesses à leurs partisans.
 
‘Lorsque vous en venez à réaliser qu’afin de produire quelque chose, vous devez obtenir la permission de personnes ne produisant rien ; lorsque vous vous rendez compte que la richesse est redirigée non pas vers ceux qui produisent, mais vers ceux qui offrent leur support au gouvernement ; lorsque vous observez que les hommes deviennent plus facilement riches par la corruption que par le travail, et que vos lois ne vous permettent plus de vous protéger contre ces individus, mais plutôt de les protéger contre vous… Alors votre société est vouée à l’échec’ – Ayn Rand, Atlas Shrugged.

 
La classification de banques comme étant ‘too-big-to-fail’ n’est autre qu’une tentative de crime contre les lois naturelles, qu’une tentative de rendre la mort hors-la-loi. Les victimes de ces banques ne sont autres que les citoyens. Pour elles, dispenser à nos économies et sociétés le remède étant nécessaire à leur survie est tout bonnement inconcevable. Se nourrir de la productivité de nos sociétés ne leur permettra uniquement de survivre que jusqu’à ce que l’ensemble des éléments productifs aient été engloutis ou aient été retirés de leur emprise via la délocalisation dans les marchés émergents. La pauvreté se généralisera dans nos sociétés. Et il ne sera ensuite plus possible à ces banques de consommer notre richesse en créant de la monnaie en appuyant simplement sur un bouton.

 
Les économies émergentes sont en pleine croissance. La richesse du monde a été redistribuée, de la même façon qu’a été la capacité à générer la croissance. Ces économies émergentes sont des tigres aux âmes robustes prêts à combattre pour la prospérité et, comme nous avons pu y assister dans notre monde développé, à fonder le développement de leur richesse et de leur classe moyenne par le biais de l’industrialisation et du capitalisme. C’est là le principe de base de l’école d’économie Autrichienne : produire plus que l’on ne consomme, épargner, et cultiver un sentiment d’optimisme auto-entretenu basé sur le développement personnel. Dans le même temps que leurs économies se développeront, leurs pouvoirs politiques et militaires s’étendent également.

 
‘Ce ne sont pas les espèces ayant la force physique la plus importante qui survivent, ni celles «étant les plus intelligentes, mais celles jouissant de la meilleure capacité d’adaptation au changement’ – Charles Darwin.

 
Notre monde évolue, certains embrassent la voie du changement et de la prospérité, alors que d’autres tentent de légiférer contre elle. De la même manière que les vagues se brisent inexorablement sur les plages, le futur s’attaquera jusqu’au dernier à ceux qui tenteront de lui résister. Il est temps de réapprendre ce que nous a enseigné Knut le Grand. Les économies capitalistes du monde développé s’opposent au changement, alors que les économies émergentes s’efforcent de s’y adapter.

 
Les systèmes financiers basés sur le crédit et la monnaie fiduciaire sont corrompus jusqu’à la moelle et reposent sur ce que von Mises aimait à appeler des mal-investissements. Ces mal-investissements sont la fondation mêmes de nos systèmes monétaires et fiduciaires. Si le risque contenu par la dette souveraine en tant que réserve du système financier devait être contenu par le marché, les systèmes bancaires des pays développés entreraient instantanément en banqueroute. Nos systèmes continuent aujourd’hui de fonctionner malgré la banqueroute grâce à l’absence de règlementations. 

 
Les gouvernements du monde développé disposent de dettes représentant des trillions et des trillions de dollars, d’euros, de livres sterling, de yens… - également connues sous le nom d’obligations, ou reconnaissances de dettes, produits dérivés, etc.  Ces reconnaissances de dettes sont appelées actifs dans les bilans des banques. Ce sont malheureusement des passifs de gouvernements, de banques, et de citoyens aussi bien moralement que fiscalement en banqueroute. Ces actifs ne cesseront de s’accumuler jusqu’à ce que le public refuse de les payer…

 
L’idée que mon fils de deux ans soit endetté de 1.087.573 dollars (48.790 dollars de dettes, plus sécurité sociale et médicale, plus reconnaissances de dettes à hauteur de 1.038.783 dollars au 23 janvier 2011 selon www.usdebtclock.org) est absurde, obscène et immorale. Les fonctionnaires qui consomment 40% des emprunts de l’Etat afin de supporter les dépenses actuelles, et s’opposent à la réduction des dépenses futures, ne sont rien de plus que des associés du Diable offrant à leurs électeurs et futures générations un aller simple vers l’enfer de l’esclavage au service de tous ces banquiers qui impriment de la monnaie à partir de rien. Le public en paie doublement le prix, une première fois sous la forme d’intérêts sur endettement, ce qui implique l’augmentation constante des taxes, et une seconde fois du fait que son pouvoir d’achat ne cesse de diminuer imperceptiblement (les mêmes quantités d’argent sont disponibles dans les comptes en banques, mais leur valeur réelle s’amoindrit).

 
Les fonctionnaires et bénéficiaires s’attendant à pouvoir retirer ces sommes extravagantes des revenus futurs de mon fils afin de rembourser leurs dépenses actuelles sont incapables d’organiser leurs besoins présents et futurs. Ils ont cru à ce que leur ont enseigné leurs professeurs socialistes. Ils élisent et supportent les personnes étant à l’origine même de ces promesses irréalisables. 

 
‘Les hommes préfèrent les fausses promesses à un refus catégorique’ – Cicéron.

 
 
 
Theodore “Ty” Andros 
 

_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité





MessagePosté le: Jeu 16 Fév - 23:21 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Theme by Quentin H. ~ Alias Caly - 2009-2010 ©
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com