le cartel des traders Index du Forum

Accueil Accueil Accueil S'enregistrer

:: Où se trouve l’or du Mexique ? ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Ven 23 Déc - 08:22 (2011)    Sujet du message: Où se trouve l’or du Mexique ? Répondre en citant

Où se trouve l’or du Mexique ? 
Par Chris Powell - Gata 
Publié le 21 décembre 2011 


 
Dans l’essai joint ci-dessous, le journaliste Mexicain Guillermo Barba rapporte que la Banque du Mexique refuse de faire état de l’endroit où se trouvent les 93 tonnes d’or qu’elle dit avoir achetées cette année, et qu’elle ne semble pas non plus au courant de la forme sous laquelle se trouve son or, qui pourrait simplement provenir des créditeurs insécurisés que sont les banques membres du London Bullion MarketAssociation, maison-mère du système bancaire de réserve fractionnaire et mécanisme principal du schéma de suppression du prix de l’or.

Barba a ainsi démontré la facilité qu’a un journaliste à exposer le schéma de suppression du prix de l’or – en posant simplement des questions évidentes et concises aux banques centrales et rendant publiques leur refus ou leur incapacité quant à y répondre. Avec cet essai, Barba a fait bien plus que le New York Times, le Wall Street Journal, le Financial Times et bien d’autres journaux du monde entier. Si seulement l’une de ces organisations pouvait prendre exemple sur lui. Espérons que quelques organisations Mexicaines pousseront ses recherches plus loin.

Les remerciements du GATA vont au président de l’Association Civique Mexicaine pour l’Argent, Hugo Salinas Price, qui est intervenu lors de la conférence GATA Gold Rush à Londres en août dernier et qui a traduit l’essai de Barba depuis l’espagnol vers l’anglais.

CHRIS POWELL, Secrétaire/Trésorier
Gold Anti-Trust Action Committee Inc.

* * *

Où se trouve l’or de la banque du Mexique ?

Par Guillermo Barba
Vendredi 23 septembre 2011

La question utilisée en guise de titre pour cet essai devrait faire l’objet d’une réponse évidente. Malheureusement, ce n’est pas le cas. 

Grâce à deux lettres de demande d’informations ayant été envoyées à la Banque Centrale du Mexique, faisant l’objet d’une loi fédérale pour la transparence, nous pouvons aujourd’hui dire qu’il est très probable que les réserves d’or du Mexique ne se situent pas à l’intérieur des frontières du pays.

Ces lettres ont été envoyées par moi-même, journaliste qui n’aurait jamais imaginé à quel point il est compliqué d’obtenir une réponse à la question ‘Combien de barres d’or sont représentées par les 93 tonnes d’or récemment acquises par la banque du Mexique au cours des trois premiers mois de 2011 ?’

Une première réponse de la banque ne mit pas bien longtemps à me parvenir : ‘Nous vous informons que l’objet de votre requête est classé confidentiel’.

 
Deux mois plus tard, après qu’une requête ait été lancée pour révision, en parallèle à une procédure pour dissimulation d’informations, la Banque du Mexique a finalement répondu par lettre écrite, portant la mention OFI007-4631 : ‘L’or concerné par ces réserves en question peut être composé de barres d’or contenant un maximum ou un minimum d’or pur. Les barres au contenu or le plus faible pèsent approximativement 10,9 kilos, alors que celle ayant un contenu or élevé pèsent approximativement 13,4 kilos. Cette information a été rendue publique par le London Bullion MarketAssociation. … Du fait des variations quant au contenu or de ces barres, il nous est impossible de déterminer avec certitude du nombre exact de barres concernées par cet achat’.

Après réception de cette réponse, j’ai posé une nouvelle question à la banque : ‘Dans quel(s) pays se situe l’or constituant les réserves physiques du Mexique ?’

La lettre de réponse, portant l’inscription OFI007-4934 (document dont l’auteur a conservé une copie), datant du 19 septembre dernier, est pour le moins extraordinaire : ‘Le Comité d’Informations de la Banque du Mexique confirme la classification de telles données comme confidentielles. Ainsi, aucune information supplémentaire ne sera délivrée’. 

Si la Banque du Mexique ne sait pas combien de barres d’or elle a acheté, alors il est fort probable qu’elle ne sache pas non plus où son or se situe. Dans son dernier communiqué, la Banque du Mexique tentait de se protéger grâce à la Sous-Section III de l’Article 13 de la loi pour la Transparence, qui stipule que toute information susceptible de ‘porter atteinte à la stabilité financière, économique et monétaire du pays’ doit être classée confidentielle.

Il est clair que toute information concernant l’or physique, si conservé en tant qu’actif sans risque de contrepartie au sein même du pays, ne serait pas susceptible de porter atteinte à la stabilité financière de la nation. 

D’autre part, la référence au London Bullion Market Association est pour le moins inquiétante. Le LBMA regroupe les plus importantes compagnies spécialisées dans l’achat et la vente de métal précieux – banques bullion, producteurs, raffineurs… - et représente l’épicentre du marché international de l’or et de l’argent. Ses principaux clients sont les banques centrales possédant des réserves d’or, dont celle du Mexique. Pour cette raison, l’or du Mexique pourrait aujourd’hui se trouver au Royaume-Uni. 

Le plus gros problème est que ces banques opèrent au sein du système de réserve fractionnaire, c’est-à-dire qu’elles ont la possibilité de vendre ou d’acheter, avec intérêts à la clé, le même lot d’or plusieurs fois afin de maximiser leurs profits malgré le risque que cela engendre pour leurs clients qui, grâce à une promesse papier, pensent être les propriétaires légitimes de leur or. Pour que le système bancaire de réserve fractionnaire puisse fonctionner correctement, une condition doit être remplie : que la majorité de ceux à qui de l’or a été vendu n’en réclament jamais la livraison physique. Si un ordre de livraison venait à être passé, il serait impossible de satisfaire l’ensemble des acheteurs.

En d’autres termes, ce système est un schéma Ponzi, une bombe à retardement.

Grâce à leur système de réserve fractionnaire, les banques bullion possèdent entre leurs mains un pouvoir factice : créer de l’or à partir de rien et le vendre comme actif réel. Parmi les plus importantes conséquences d’une telle fraude, on compte bien sûr naturellement la suppression des prix de l’or et de l’argent, et un faux sentiment d’abondance. 

Le GATA a étudié et dénoncé ce type de pratique durant plusieurs années. Comme référence indispensable, nous pouvons citer l’analyse entreprise en 2010 par Adrian Douglas, membre de la direction du GATA (http://www.gata.org/node/8627) quant à un essai publié par le groupe CPM (compagnie spécialisée dans les matières premières et faisant l’apologie du système de réserve fractionnaire des banquesbullion) dans lequel est expliquée la manière dont les banques bullion créent tant d’or imaginaire. L’auteur de l’essai, Jeff Christian, annonçait l’an dernier lors d’une Commission Sur le Marché des Contrats à Termes que ‘les métaux précieux sont des actifs financiers au même titre que les devises et obligations de la trésorerie, et qu’ils sont échangés à raison de plusieurs centaines de fois leurs quantités physiques disponibles’.

Ceci devrait attirer l’attention du gouverneur de la Banque Centrale du Mexique, Augustin Carstens.

Tenant compte de telles déclarations, il est certain qu’il serait pour le moins un inconvénient pour les réserves d’or du Mexique que de se situer hors des frontières du pays. Au lieu de réduire le risque encouru, ce stockage de l’or Mexicain en dehors des frontières du pays ne fait que le rendre omniprésent. De plus, si l’on se base sur les réponses apportées par la Banque du Mexique, nous pouvons dire que la banque ne possède certainement qu’un compte non-alloué pour son or – un compte qui, selon le LBMA, ne permet pas la propriété effective de barres d’or mais un simple ‘droit général’ sur le métal, pour lequel le client n’est qu’un créditeur non-assuré. 

Combien d’autres clients peuvent bien se déclarer les propriétaires des 3,4 millions d’onces d’or appartenant au Mexique ? Pour le moment, il est impossible de répondre à cette question. Ce qui est pour le moins certain, c’est que dans le tumulte financier dans lequel nous sommes actuellement perdus, chaque jour passé sans notre or est un jour de plus passé en pleine exposition au défaut.

Nous avons porté notre attention sur ce point, puisqu’il est un point important pour l’ensemble du peuple Mexicain.

----- 

Guillermo Barba est un journaliste Mexicain. Il est joignable à l’adresse suivante :memob@hotmail.com. Son essai a été traduit de l’espagnol vers l’anglais par Hugo Salinas Price.

* * *
 

_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité





MessagePosté le: Ven 23 Déc - 08:22 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> Les Dossiers qui font débat Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Theme by Quentin H. ~ Alias Caly - 2009-2010 ©
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com