le cartel des traders Index du Forum

Accueil Accueil Accueil S'enregistrer

:: C’est la BCE qui donne le ton ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> News toutes fraiches !
Sujet précédent :: Sujet suivant  

un éclatement de la zone euro est-il possible?
oui
80%
 80%  [ 4 ]
non
20%
 20%  [ 1 ]
sans opinion
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 5

Auteur Message
€goldster


Hors ligne

Messages: 1 398
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu 18 Nov - 17:47 (2010)    Sujet du message: C’est la BCE qui donne le ton Répondre en citant

La réunion d’hier soir mardi des ministres des affaires des finances n’a pas été conclusive, c’est le moins que l’on puisse dire. Pour faire simple, elle a fait un très gros flop.

 
Le gouvernement irlandais a persisté dans sa farouche résistance en refusant l’aide financière qui lui était de toutes parts proposée, voire imposée, prétendant négocier son objet et ses conditions. Les deux Brian – Cowen le premier ministre et Lenihan de celui des finances – allant finir par devenir des héros dans leur pays, ce qui n’était pas particulièrement bien engagé.

 
Les Britanniques sont entrés dans la négociation, ayant indirectement tout à gagner – ou moins à perdre – d’un sauvetage des Irlandais, se préparant à être mis parallèlement à contribution bien que n’appartenant pas à la zone euro. Mais les pourparlers étaient hier soir au point mort, Olli Rehn, commissaire aux affaires économiques et monétaires, parvenant seulement à annoncer, à la fin de la rencontre, que les discussions avaient été « intensifiées ». On a connu des réunions de travail plus productives.

 
La question est maintenant de savoir comment relancer la négociation avec la troïka, composée de l’Union européenne, la BCE et le FMI, qui est déjà sur l’ouvrage avec les Grecs. Le FMI a immédiatement déclaré qu’il était prêt à participer à « une consultation brève et à l’ordre du jour très précis », lisez : pas à un marathon ! Dans l’incertitude, Jean-Claude Junker, chef de file de l’Eurogroup, a finalement lancé qu’une décision était attendue « dans les prochains jours ». On apprenait depuis qu’une mission se rendrait à Dublin jeudi prochain, afin de reprendre les discussions.

 
Sur quoi les désaccords portent-ils ? Avant d’entrer en séance, les formulations employées par Olli Rehn évoquaient la tenue d’une discussion sur « la situation générale de l’économie irlandaise, en nous concentrant nettement sur le secteur bancaire et le système financier ». Pouvant laisser logiquement supposer que des contraintes économiques générales seraient imposées, ce qui est irrecevable pour les Irlandais qui ne veulent pas d’une mise sous tutelle à la grecque et s’en tiennent à un seul plan d’aide aux banques.

 
En particulier, ils se refusent à relever les taux d’imposition des entreprises, qui ont contribué à leur essor et que les Européens voudraient voir relever, au nom de la lutte contre le dumping fiscal

 
Que peut-il se dorénavant se passer ? Les avis divergeaient hier soir à propos de la gravité de la situation. Oui ou non, la zone euro est-elle au bord de l’éclatement ? Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, répondait fermement non, ne craignant pas de contredire Herman Van Rompuy, le président de l’Union européenne, qui n’avait pas hésité à évoquer auparavant la survie de l’euro et de l’Europe.

 
Une dramatisation à laquelle Tim Geithner, le secrétaire d’Etat au Trésor, contribuait de Washington. Où le dollar y est ballotté, à la hausse contrairement aux présages, en raison de la crise européenne d’un côté et des risques de baisse de la croissance chinoise de l’autre. Il estimait donc qu’il était « tout à fait dans les possibilités de l’Europe de gérer » mais que, dans la situation actuelle, elle devait s’y prendre « très, très vite ».

 
LCH Clearnet, la chambre de compensation qui avait déjà élevé il y a une semaine ses appels de marge, forçant de nombreux traders à cloturer leurs positions et faisant brutalement monter les taux obligataires irlandais, vient de renouveler l’exercice. Même cause, même effet ?

 
Dans l’impossibilité de prédire la suite d’un feuilleton, qui va se poursuivre de rebondissements en coups de théâtre, on ne s’aventure guère en prédisant que ce nouvel avatar de la gestion de la crise européenne va avoir les conséquences immédiates suivantes :

 
1. S’il est nécessaire qu’un terrain d’entente soit finalement trouvé avec les Irlandais, ce sont les Portugais et Espagnols qui vont être sans attendre les victimes toutes trouvées de cette impasse. Les Portugais sont parvenus ce mercredi matin à lever 750 millions d’euros sur les marchés, mais à un taux de 4,813%, alors qu’il était au 3 novembre dernier de 3,260%.

 
2. Les Grecs, pour leur part, peuvent espérer ne pas encourir les foudres de la troïka qu’ils accueillent en ce moment à Athènes, afin de ne pas en rajouter aux tensions. Cela semble se confirmer ce matin, la troisième tranche du prêt devant être débloquée, mais cela ne se fera pas sans l’adoption de nouvelles mesures d’austérité.

 
3. Les Allemands sont pointés du doigt, quand ils ne sont pas dénoncés publiquement, pour avoir déclenché l’orage en provoquant les marchés avec leur suggestion de faire payer aux banques la restructuration de la dette des Etats.

 
Mais, au-delà de ces répercussions immédiates, une autre donnée plus importante est en train d’apparaître. La BCE, qui tient sous assistance les banques européennes les plus atteintes, n’entend pas continuer à jouer éternellement ce rôle là. Elle a clairement signifié son intention d’arrêter ses mises à disposition sans compter de liquidités, ce qui implique que les Etats prennent le relais pour soutenir les banques. C’est bien ce qui se passe en Irlande, où l’on a remarqué l’insistance avec laquelle la BCE poussait le gouvernement irlandais à accepter les subsides européens afin de les renflouer.

 
Pour l’expliquer, certains analystes font état de l’inquiétude qui se manifesterait au sein de la BCE quant à la détérioration grandissante de son bilan, au vu de la dégradation des actifs qu’elle accepte en garantie. En réalité, c’est d’abord en application d’une stratégie générale, dont il n’a jamais été fait mystère, que la BCE entend progressivement tirer le tapis sous les pieds des Etats européens dont les banques sont interdites de séjour par leurs consœurs sur le marché interbancaire.

 
L’épisode irlandais augure mal de la timide tentative allemande de faire contribuer les banques au financement de la dette européenne, dont en réalité il importe peu qu’elle soit publique ou privée. De premiers pas en arrière ont déjà été accomplis sur ce dossier, d’autres devraient suivre. La BCE se confirme être le bras armé d’une stratégie dont l’objectif est de faire intégralement régler le montant de l’addition de la crise aux Etats et contribuables, fermant les vannes qu’elle avait du ouvrir pour tenir à flot le système bancaire.

 
Comme toutes les banques centrales depuis le début de la crise, la BCE a joué – et continue de le faire – un rôle déterminant en vue d’éviter l’effondrement du système financier. Progressivement, elle en est venue à peser de tout son poids afin de faire porter aux Etats le poids financier de la crise. Formellement hors d’atteinte et de contrôle de ses actionnaires, les mêmes, qui l’ont voulu ainsi.

 
Mais, si ce jeu-là devait se poursuivre, toutes les conditions d’un éclatement de la zone euro seraient en passe d’être réunies.

 
 
 
Billet invité : François Leclerc

 
 

 
 
 
Paul Jorion

 
pauljorion.com
_________________
time is money and money is time


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité





MessagePosté le: Jeu 18 Nov - 17:47 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le cartel des traders Index du Forum -> le cartel des traders -> News toutes fraiches ! Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Theme by Quentin H. ~ Alias Caly - 2009-2010 ©
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com